mardi 25 janvier 2011

Europe.Mariages féminicides d'enfants.Archive.UE

Avant-propos - Définition des féminicides http://susaufeminicides.blogspot.fr/p/concepts-feminicides.html
"India has thousands of child brides.  The unfortunate young woman shown here feeding the infant from the giant coconut in foreground has been seen on Calcutta's streets day after day with he child.  Her misery is more than typical thousands of India's unfortunates." Clyde Waddell, US military man, personal press photographer of Lord Louis Mountbatten, and news photographer on Phoenix magazine. Calcutta, mid 1940s (source: webpage http://oldsite.library.upenn.edu/etext/sasia/calcutta1947/?  Monday, 16-Jun-2003 / Reproduced by courtesy of David N. Nelson, South Asia Bibliographer, Van Pelt Library, University of Pennsylvania)
via http://gypsyscholar.com/30400dailyfamilyt.html

Une petite fille donnée à un adulte reste un procédé de monnaie courante, couvert par les tribunaux islamistes de la sharia'a en Thrace grecque bien en place malgré les demandes des élues près l'Union européenne.

Cela n'émeut guère les foules. Des sous-citoyennes en Europe ? Même pas puisque l'on est citoyenne à partir de sa majorité. Esclavage discret au nom de la 'diversité culturelle', les coutumes exotiques ? Quand la 'tolérance' n'est que lâcheté, mépris de toute morale. Infantes livrées au pire et oubliées de tous par relativisme culturel et arrangement entre chefs patriarcaux.

A l'autre bout de l'Europe, ne nous laissons pas abuser par quelques amours adolescentes qui, d'ailleurs et de toute façon, resteront au détriment de fille si il lui manque la contraception ou qu'elle l'arrête -A savoir que la loi en 1982 a mis à égalité pour les couples d'adolescents les deux orientations, ajouté à ce que l'homosexualité ayant été dépénalisée en France en 1792- http://www.cairn.info/revue-francaise-de-psychanalyse-2003-1-page-11.htm
  • Lorsque les coutumes patriarcales perdurent, pourtant couvertes et contraires en tout la Charte des droits européens...
Trafic France / Espagne - Aucune excuse - Une fillette de 12 ans, ni majeure, n'a à être mariée de contre son gré, enlevée, manipulée, contrainte, violée pour quelque raison que ce soit. révérence du politiquement correct culturaliste- le féminisme n'a pas encore pris la mesure de son souffle révolutionnaire ? l'émotivité du romantisme compassionnel viril européen empêche de penser et d'appliquer le Droit... Où sont nos députés ?http://www.liberation.fr/societe/2014/08/06/une-adolescente-enlevee-pour-etre-mariee-de-force-dans-un-camp-rom-du-93_1076695 

2003 en Roumanie,
"L'année dernière le monde s'offusquait lorsque Florin Cioaba, Roi des Tziganes, maria sa fille de 12 ans, Ana Maria, lors d'une grande fête dans la ville de Sibiu en Transylvanie." / "Last year the world was outraged when Florin Cioaba, King of the Gypsies, married off his 12-year-old daughter, Ana Maria, in a grand ceremony in the Transylvanian town of Sibiu." http://news.bbc.co.uk/2/hi/programmes/this_world/3730679.stm
video

Bulgarie - "Kordeza Zhelyazkova, une jeune rom bulgare de 11 ans, a accouché de sa petite fille Violeta le jour même de son mariage avec Jeliazko Dimitrov, âgé lui de 19 ans."

Espagne - A dix ans, on meurt d'accoucher... - Selon des statistiques officielles, 
177 fillettes ont accouché en 2008- "According to official statistics, a total of 177 girls under 15 gave birth to children in 2008" http://www.bbc.co.uk/news/world-europe-11684854
  • Territoires français épargnés ? Etes-vous bien sur, la paix sociale vaut bien quelques sacrifiées ?
En êtes-vous bien certaines ? Même adolescentes, les filles élevées à attendre le mariage, à respecter la tradition et se soumettre aux décisions des pères, contestent rarement.
"je suis sencé me marié avec lui mais j'ai peur de gaché ma vie car même si je l'aime aprés je n'aurait plus le droit de divorsé ! Que pensez vous de cette situation ?" posté le 7/03/07 à 11:52" http://forum.aufeminin.com/forum/mariage1/__f255339_mariage1-16-ans-biento-marie.html
Sans oublier que de par le monde... http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/02/petites-bonnes-petites-epouses.html
  • Alors qu'est-ce qui a été fait depuis onze ans ?

Choisissez la langue de votre document :

    Parlement européen

    Choisissez la langue de votre document :

    Questions parlementaires
    03 octobre 2003
    P-3020/03
    QUESTION ÉCRITE posée par Anna Karamanou (PSE) à la Commission
    Objet: Droits de l'homme en Roumanie - Mariages de tsiganes mineures

    La tragédie du mariage forcé, en dépit de son refus désespéré, imposé à Mlle Anna-Maria Sioamba, Tsigane âgée de douze ans et jeune princesse des Rom de Roumanie, met en lumière les graves violations des droits de l'homme fondamentaux dans un pays candidat à l'adhésion à l'Union européenne en 2007.
    L'attachement des Tsiganes à leurs traditions constitue, dans des cas comme celui-ci, une violation patente des droits de l'homme des jeunes Tsiganes. Non seulement il ne leur est pas demandé si elles désirent se marier et qui elles veulent épouser, mais, de surcroît, elles sont contraintes par la force à subir le choix de leurs parents-mâles. Tout cela sous l'œil complaisant, si pas avec l'aval, du gouvernement, lequel choisit de ne pas appliquer, aux Rom particulièrement, les lois et le droit nationaux. Il est significatif, à cet égard, que, si l'âge légal du mariage en Roumanie est de 18 ans et que, dans certaines conditions, le mariage est autorisé aux personnes de seize ans, les autorités ferment toutefois les yeux pour les Rom spécialement, en sorte que se perpétue la pratique des mariages forcés ci-dessus mentionnée.
    Quelles mesures la Commission va-t-elle prendre et quelles démarches va-t-elle entreprendre auprès du gouvernement roumain, dans le but de protéger les droits de l'homme des enfants tsiganes, étant donné que la candidature de la Roumanie à l'adhésion à l'Union européenne doit représenter un progrès considérable de ce pays dans le domaine de la protection des droits de l'homme?
    Langue originale de la question: EL

    Κοινοβουλευτικές ερωτήσεις
    03 Οκτωβρίου 2003
    P-3020/03
    ΓΡΑΠΤΗ ΕΡΩΤΗΣΗ υποβολή: Anna Karamanou (PSE) προς την Επιτροπή
      Θέμα: Ανθρώπινα δικαιώματα στη Ρουμανία - Γάμοι ανήλικων τσιγγάνων

     Απάντηση/απαντήσεις
    Το δράμα της δωδεκάχρονης τσιγγάνας Άννας-Μαρίας Σιοάμπα, της νεαρής πριγκίπισας των Ρομά της Ρουμανίας που εξαναγκάστηκε σε γάμο, παρά την απελπισμένη άρνησή της, έφερε στην επιφάνεια τις σοβαρές παραβιάσεις θεμελιωδών ανθρωπίνων δικαιωμάτων, σε μία χώρα υποψήφια για ένταξη στην Ευρωπαϊκή Ένωση το 2007.
    Η προσκόλληση των τσιγγάνων στις παραδόσεις τους συνιστά, σε περιπτώσεις όπως αυτή, κατάφωρη παραβίαση των ανθρωπίνων δικαιωμάτων των νεαρών τσιγγάνων. Όχι μόνο δεν ερωτούνται αν και ποιόν θέλουν να παντρευτούν, αλλά και υποχρεώνονται με τη βία να υποστούν την επιλογή των ανδρών-συγγενών τους. Όλα αυτά συμβαίνουν με την ανοχή, αν όχι κάλυψη, της κυβέρνησης που επιλέγει να μην εφαρμόζει τους νόμους και το δίκαιο της χώρας, ειδικά για τους Ρομά. Είναι χαρακτηριστικό πως η νόμιμη ηλικία γάμου στη Ρουμανία είναι τα 18 χρόνια, ενώ υπό όρους επιτρέπεται ο γάμος και στα 16. Ειδικά, όμως, για τους Ρομά, οι αρχές κάνουν τα στραβά μάτια, με αποτέλεσμα να διαιωνίζεται η προαναφερθείσα πρακτική των καταναγκαστικών γάμων.
    Τί μέτρα θα λάβει και τι διαβήματα θα κάνει η Επιτροπή προς τη ρουμανική κυβέρνηση ώστε να προστατεύσει τα ανθρώπινα δικαιώματα των ανηλίκων τσιγγανοπαίδων, δεδομένου ότι η υποψηφιότητα της Ρουμανίας για ένταξη στην Ευρωπαϊκή Ένωση πρέπει να σημάνει σημαντική πρόοδο της χώρας στον τομέα της προστασίας των ανθρωπίνων δικαιωμάτων;
    Τελευταία ενημέρωση: 14 Ιανουαρίου 2004

    En juillet 2006, les mariages de petites filles tsiganes et  musulmanes continuent tolérés alors qu'en totale infraction aux Droits de l'Homme et Convention des Droits de l'Enfant de 1979 !
    "Finally, women from vulnerable groups, more particularly the  Roma  and the “Muslim” minority are ignored in the state report as they are in the state’s National Action Plan for Equality. As it will be shown below, Roma and Muslims are  confronted with very high levels of illiteracy and unemployment, are often subjected  to norms incompatible with the constitution and the international standards –like marriages while still children" http://www.iwraw-ap.org/resources/pdf/Greece(1).pdf
    En Grèce - Des fillettes mariées en toute légalité "Cyberpresse Le mardi 25 janvier 2005 Catherine Boitard Agence France-Presse Athènes - 
    Mariées à 12 ou 13 ans, en toute légalité, tel est le sort que connaissent depuis des années en Grèce des fillettes de la minorité musulmane de Thrace (nord-est), sans que l'État et l'opinion publique n'y trouvent à redire. Cette violation des règles européennes de protection de l'enfance vient d'être illustrée par le cas extrême d'une fillette mariée à 11 ans en août dernier à un homme de 22 ans à Komotini, une des bourgades de Thrace où sont installés les quelque 100 000 membres de la minorité. Saisi de l'affaire après l'émigration du couple en Allemagne, un tribunal de Düsseldorf a ordonné la séparation le 23 décembre dernier, placé l'enfant dans un foyer, et des poursuites sont envisagées contre «l'époux», a indiqué à l'AFP le député musulman Ilhan Ahmet, de la majorité conservatrice grecque.
    « Le problème c'est que le mariage a été contracté en toute légalité », la Grèce reconnaissant aux trois muftis de Thrace, la compétence de juges pour traiter des affaires familiales de la minorité sur la base de la loi islamique, a-t-il souligné.

    Réputé modéré, le mufti de Komotini évite d'unir des époux de moins de 15 ans, affirme-t-il, «mais cette fois il a fait une exception car il s'agissait pour les deux familles, tziganes, de sauver l'honneur» après le viol de la fillette.

    Selon des sources de la minorité, les deux autres dignitaires locaux, tous nommés par l'État, sont eux encore moins regardants et marient des filles dès 12 ans et des garçons dès 14 comme la charia l'autorise.

    La loi grecque fixe à 18 ans l'âge légal du mariage, même si, par exemple en cas de grossesse, la justice peut délivrer des exemptions, sans limite d'âge.

    L'immense majorité des mariages grecs sont religieux, le passage à la mairie, facultatif, n'ayant été introduit qu'en 1981.

    « Il n'y a pas de statistiques pour la minorité, mais vu le nombre de divorces traités par les muftis, cinq fois supérieurs à la moyenne du pays, on peut déduire que beaucoup de couples se sont formés trop tôt », a affirmé à l'AFP Iannis Ktistakis, professeur de droit à l'université de Thrace.

    Prononcés eux aussi sur la base de la charia, ces divorces sont défavorables aux mères pour la garde des enfants, rappelle-t-il. Et même si en théorie, les membres de la minorité peuvent se tourner vers les tribunaux réguliers, en pratique, ces derniers ne remettent pas en cause les décisions des muftis.

    Pour les associations féministes et les défenseurs de droits de l'homme, le statut des femmes de la minorité est depuis longtemps dénoncé comme scandaleux.

    « Mais les autorités préfèrent fermer les yeux », le statut de la minorité, majoritairement de souche turque, étant considéré comme un dossier explosif des relations gréco-turques, s'indigne l'ex-député européenne et militante féministe Anna Karamanou.

    Mariées à 12 ou 13 ans, en toute légalité, tel est le sort que connaissent depuis des années en Grèce des fillettes de la minorité musulmane de Thrace (nord-est), sans que l'État et l'opinion publique n'y trouvent à redire.

    Cette violation des règles européennes de protection de l'enfance vient d'être illustrée par le cas extrême d'une fillette mariée à 11 ans en août dernier à un homme de 22 ans à Komotini, une des bourgades de Thrace où sont installés les quelque 100 000 membres de la minorité.

    Saisi de l'affaire après l'émigration du couple en Allemagne, un tribunal de Düsseldorf a ordonné la séparation le 23 décembre dernier, placé l'enfant dans un foyer, et des poursuites sont envisagées contre «l'époux», a indiqué à l'AFP le député musulman Ilhan Ahmet, de la majorité conservatrice grecque.

    «Le problème c'est que le mariage a été contracté en toute légalité», la Grèce reconnaissant aux trois muftis de Thrace, la compétence de juges pour traiter des affaires familiales de la minorité sur la base de la loi islamique, a-t-il souligné.

    Réputé modéré, le mufti de Komotini évite d'unir des époux de moins de 15 ans, affirme-t-il, «mais cette fois il a fait une exception car il s'agissait pour les deux familles, tziganes, de sauver l'honneur» après le viol de la fillette.

    Selon des sources de la minorité, les deux autres dignitaires locaux, tous nommés par l'État, sont eux encore moins regardants et marient des filles dès 12 ans et des garçons dès 14 comme la charia l'autorise.

    La loi grecque fixe à 18 ans l'âge légal du mariage, même si, par exemple en cas de grossesse, la justice peut délivrer des exemptions, sans limite d'âge.

    L'immense majorité des mariages grecs sont religieux, le passage à la mairie, facultatif, n'ayant été introduit qu'en 1981.

    «Il n'y a pas de statistiques pour la minorité, mais vu le nombre de divorces traités par les muftis, cinq fois supérieurs à la moyenne du pays, on peut déduire que beaucoup de couples se sont formés trop tôt», a affirmé à l'AFP Iannis Ktistakis, professeur de droit à l'université de Thrace.

    Prononcés eux aussi sur la base de la charia, ces divorces sont défavorables aux mères pour la garde des enfants, rappelle-t-il. Et même si en théorie, les membres de la minorité peuvent se tourner vers les tribunaux réguliers, en pratique, ces derniers ne remettent pas en cause les décisions des muftis.

    Pour les associations féministes et les défenseurs de droits de l'homme, le statut des femmes de la minorité est depuis longtemps dénoncé comme scandaleux.

    «Mais les autorités préfèrent fermer les yeux», le statut de la minorité, majoritairement de souche turque, étant considéré comme un dossier explosif des relations gréco-turques, s'indigne l'ex-député européenne et militante féministe Anna Karamanou.

    À quelques exceptions près, les médias grecs n'ont pas consacré une ligne à l'histoire de la mariée de 11 ans.

    En l'absence d'une prise en charge sociale efficace de l'enfance dans le pays, la communauté tzigane, très marginalisée, continue elle aussi de «marier» ses jeunes souvent avant 18 ans, selon une étude menée par l'Université de Ioannina en 1999.

    Mais pour les tziganes chrétiens, et sauf à trouver un pope complaisant, les unions sont célébrées hors église, selon Maria Vassiliadou, une des auteurs de cette étude.

    Pour la minorité, un progrès a quand même été enregistré en 2004 avec l'interdiction, recommandée par la Commission nationale des droits de l'homme, des «mariages par procuration», encore plus propices aux abus.

    Jugeant que le droit national et européen doit l'emporter sur le statut de la minorité, défini par le Traité de Lausanne de 1923, il plaide pour une stricte limitation des compétences des muftis à leurs fonctions religieuses.  Ou à défaut pour la possibilité pour les membres de la minorité de choisir entre justice musulmane ou régulière, une solution également prônée par M. Ahmet." Article publié par cyberpress Canada et repris par minorités.org

    Fondamentaux de ce blog


    Féminicides 
    http://susaufeminicides.blogspot.fr/2011/11/feminicides-definis.html
    - Androcides http://susaufeminicides.blogspot.fr/p/androcides.html
    - Proportions http://susaufeminicides.blogspot.fr/p/cest-de-la-carte-tentative-darticle.html
    - Evaluations chiffrées des féminicides http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/combien.html

    http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/be/
    Tout usage toile ou papier hors ce cadre sera passible de poursuites - Reproduction autorisée à condition de citer les liens © Copyright- Toute citation de cet article doit être de contexte, précise, avec date de version, blog "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr " le lien exact du document & id. en cas d'usage du logotype montage photographique "Eradication des féminicides - Larmes de sang" CGMD © Christine Gamita Tous droits réservés illimités international - Unauthorized use and/or duplication of this material without express and written permission from this blog’s author and/or owner is strictly prohibited. Excerpts and links may be used, provided that full and clear credit is given to Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde http://susaufeminicides.blogspot.fr " with appropriate and specific direction to the original content. However, no link is to be reproduced on slanderous motives and/or miscategorization. Therefore, before any use of network Tools such as scoop-it or pinterest, the author’s permission is required. Il est essentiel lors de toute utilisation de cette production ou partie de cette production de préciser la source : le lien et l’auteure de l’article, ponctuation adéquate encadrant la citation -entre guillemets- et dans son contexte, sans distorsion ni manipulation ( article L122-5, du code de la propriété intellectuelle) . La permission formulée et explicite de l’auteure est également exigée. Joignable sans difficultés.De la même manière, concepts, termes et approches empruntés à l’auteure du blog doivent être mentionnés comme tels- références adéquates. En vertu du code de la propriété intellectuelle stipulant à l’article L121-1,‘ L’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible.