lundi 2 janvier 2012

Présentation du cyberthank* contre les féminicides

"Comment rendre nécessaire le désordre d'une vie ? Comment doter de sens ce qui est le fruit du hasard ?"
Gilles QUINSAT, « LEIRIS MICHEL (1901-1990)  », Encyclopædia Universalis [en ligne],
http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-leiris/

Définissons l'innommable
http://susaufeminicides.blogspot.fr/2011/11/feminicides-definis.html
Panorama
http://susaufeminicides.blogspot.fr/p/cest-de-la-carte-tentative-darticle.html

Tant que l'humanité ira bancale, à cloche-pied éborgnée, elle ne trouvera ni son équilibre, ni son avènement. Les civilisations se suivent ou cosurvivent mais toutes se détruisent et s'annihilent de massacrer la moitié de leur population. Majeure décadence avant même d'avoir atteint quelque zénith que ce soit ? Que de gâchis.

Ayant rongé mon frein depuis mon retour d'Afrique australe, maintenant je lâche celui du cyberthank*... Tout cela, en fait, n'est qu'une histoire de trampoling (il me semble que les collègues informaticiens de gogool appellent cela des "google bombing")- Toujours du jeu mais sans les balles.


Ce journal cyberethno, hors toute thèse académique, est conçu par une O. F. N. I. (Objet féministe non identifié) - Pour mémoire parmi les premiers cybercarnets, celui en 1995 de Brigitte Gemme, Montréal, soleil et pluie.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Blog

On se rappelle les cinq cent trente-trois pages du journal ethnologique de Michel Leiris, L'Afrique fantôme, Gallimard, 1934. Tout cela me donnerait envie en cas d'éditer ce carnet qu'il prenne le titre de "La planète fantôme"...
"La première méthode de travail consistera à ouvrir un journal de route, où l'on notera" Marcel Mauss, Manuel d'ethnographie (1926) http://classiques.uqac.ca/classiques/mauss_marcel/manuel_ethnographie/manuel_ethnographie.html
Du coup, je me demande si je ne vais pas appeler l'ensemble "L'étoile fantôme - Echec & Maat".

Chaque article ou post de ce carnet de bord en fait représentant en soi un bulletin, un bloc notes thématique, au fur et à mesure augmenté  des annotations d'apparitions recueillies grâce à la vigilance du courant (m/traduction de "stream", ensemble des réseaux sociaux) ou cyberveille, chacune portant son lien auquel on peut immédiatement se référer, vérifier sur pièce de comment est reçu et traité la nouvelle du féminicide en cause.

Au passage, lançons une nouveau filet d'investigations qui serait l'"ethnologie du Net, ou "ethnologie de la Toile". On a une belle vue d'en haut sur ce qu'est l'actualité des féminicides et comment ils sont traités par les pays et les media, ainsi que leurs victimes innombrables.

http://susaufeminicides.blogspot.fr/p/cest-de-la-carte-tentative-darticle.html

Mes différents comptes en réseaux sociaux me servent de post-it. La méthode s'est mise d'elle même en place empiriquement, d'avoir travaillé plusieurs année en ingénieure d'études dans les services informatiques avec l'habitude des pop up et messageries internes instantanées, et de la communication intra et inter projets.


Chacun de mes paragraphes, et illustration de scansion, est également un moyen mnémotechnique de retrouver le lien auquel référé. Tout cet ensemble constitue ainsi un ensemble d'archives, où toutes peuvent puiser. Voilà toute la valeur ajoutée (très mode en économystique) de l'ouvrage si vous le compariez à d'ultérieures curations et regroupements de liens (sans introductions et qui laissent passer n'importe quelle image, même dégradantes), ou de plate formes de blogs, comme il s'en est ouvert quelques uns quelques mois après mon ouverture. C'est donc aussi une plate-forme d'archives, contextualisées ethnographiquement. A raison de billets en moyenne de dix / quinze pages à raison de dizaines de paragraphes chaque, à raison d'une cinquantaine de billets par an.

Certes, vous lisez là de l'inédit, revendiqué,qui le restera puisque lorsque j'aurais du publier, il y a des années dans ma discipline, je ne l'ai pu par manque de temps et de relations. J'ai du alors pour sortir de la dèche du RMI, changer de branche et devenir ingénieure informaticienne, afin d'assurer la subsistance de mon fils. La vie va, le temps passe. Et ce n'est pas plus mal...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Travaux_in%C3%A9dits

Sur les défauts de ce blog, je plaiderai que mon journal n'a guère plus d'ambition scientifique que n'en eût l'illustre "Tristes tropiques" écrit en quatre mois (cf. Apostrophes de mai 1984) de ses six mois de terrain amazonien. Cela me console aussi d'y entendre que sa première édition bourrée de fautes et son portugais brésilien inexact (ouf heureusement qu'il n'a pas été délationné* à la direction de sa fac' pour ces manquements et que, par la suite, personne ne lui en tint rigueur ). https://www.youtube.com/watch?v=COoWu3y2sgA

Par contre, je dois y souligner deux différences de poids, qui sont, d'une part, que je reste pointilleuse sur les termes étrangers, comme sur le lexique français, et, d'autre part, que ma relation de rapport à mon objet fait date en ce que l'expérience dure plusieurs années de présence en observation du stream et de mes réactions raisonnées au traitement des féminicides.
  • Revenons à la cible de mon cyberthank que sont les féminicides 
et l'instauration d'un interdit social fort, de type "taboo" sans aucun culturalisme. Car les mentalités ne font pas les lois mais celles-ci défont les mentalités, de permettre la prévention, l'éducation et de dynamiser tous les programmes et projets de développement durable fondé sur l'égalité des sexes en moteur décisif. A la clef les droits tout simplement fondamentaux qui leur sont à peu près tous ravis, droits génésiques (à la contraception et l'avortement médicalisé), à l'intégrité et à la sûreté, à peu près inexistants pour le monde entier, sauf en pays de droit parlementaire appliqué.
Pas de philanthropie caritative, pas de misandrie. Nulle haine des hommes, seulement le respect des filles et des femmes et leur protection, c'est tout ce qui doit advenir, afin de bannir les féminicides.

Pas question de basculer dans le maëlstrom de la phobocratie, il ne s'agit pas de prolonger et déclencher la terreur des filles et des femmes, de leur rabattre les oreilles de ces mille féminicides. Tout le poids et la subtilité du système patriarchique se trouve là, les garder sous le régime de terreur, qui leur fait préférer de s'abandonner à leurs prétendus protecteurs et souteneurs, voire les défendant becs et ongles contre les femmes autonomes et indépendantes plus lucides ou moins impliquées affectivement.

Les femmes et leurs filles n'ont pas à gagner le statut de victimes, et ce n'est pas non plus la souffrance qui donne des droits. Mais comment construire juste et droit hors des sables mouvants sans faire cet état des lieux, ce répertoire ?

Pour lors de par le monde par les mains mises de règles patriarchiques, nous restons des êtres politiques spoliées, et c'est de cela qu'il s'agit dans ce recueil. A chaque post ou article de ce blog, ou  plutôt par chaque cybercarnet thématique, l'on s'y emploie en griffonnant, biffant, corrigeant chaque jour ces textes et archives constamment mis à jour.
Trouvé ce 19 juillet 2012 ce cousin tank...
...http://fluctuat.premiere.fr/Societe/News/Le-tank-le-plus-cool-au-monde-3364694 
Arrêtons les soubresauts du système mondial patriarchique phallocrate, viriarque, depuis toujours qui n'en finit plus de sacrifier moitié de son humanité par paternalisme en alliance avec maternalisme. Espérons que cela fera bientôt partie de la préhistoire de la civilisation humaine et donc de l'humanité. 
  • Jouons - Regardons du futur le panorama : Lorsqu'aux responsabilités, elles étaient évincées, voire raillées, condamnées à y porter uniquement des tailleurs neutralisants...
Non seulement les femmes écartées des décisions à voir la proportion 1,5 pour 5, mais aussi le parlement européen n'a pas de crèche d'entreprise ?
http://www.slate.fr/grand-format/licia-ronzulli-sa-fille-et-le-parlement-europeen-63927


11/50 La députée italienne Licia Ronzulli prend part à un vote au Parlement européen en compagnie de sa fille, Strasbourg (Bas-Rhin), le 15 février 2012. Vincent Kessler/Reuters
http://www.francetvinfo.fr/culture/un-oeil-sur-l-actu_61489.html
"STRASBOURG (AFP) - 15.02.2012 13:47 - La députée européenne Licia Ronzulli vote lors d'une session du Parlement européen à Strasbourg, dans l'est de la France, alors que sa fille Vittoria joue sur ses genoux" http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/p-1911--Tres-jeune-deputee-.htm?&rub=19&xml=newsmlmmd.f1dbb9f5a5e39ee4ccde03f2c6bd2d0a.d1.xml
Au temps où les femmes enceintes continuaient à être victimes de violences féminicides.
http://journals.lww.com/greenjournal/Abstract/2002/07000/Abuse_During_Pregnancy_and_Femicide__Urgent.6.aspx

Si cette civilisation humaine ne se transforme pas, de patriarcale, rapidement, elle va mourir, parce qu'elle torture et tue ses femmes à grande échelle et perpétue la culture de guerre en temps de paix pour au moins sa moitié d'humanité ; permettant à la violence sexospécifique androcide d'exister -bien inégalement- C'est une guerre contre soi-même-

Jusqu'ici, l'humanité s'est dispensée d'être gynophile (de respect) ou plutôt philogyne. Pourtant, la philogynie ne devrait-elle pas être la base même de l'humanisme ? Appeler à la torture d'une population ou la tolérer, tout en faisant parfois mine de l'interdire (6 000 par jour d'excisions féminicides et ? de viols féminicides), cela ne s'appellerait-il pas incitation au crime, à la violence, à la haine, même si cela se passe tout autant en temps de paix que de guerre ?

De là, la nécessité de conquérir l'interdiction des féminicides en droit international comme national- B-a ba de la lutte contre les féminicides, qui ne sont que toutes les violences -jusqu'à la mort- contre les femmes car, d'évidence, ce sont crimes et délits ! Pour ce qui est des tortures et éliminations systématiques des êtres humains de sexe féminin, les conventions internationales doivent enfin être appliquées à la lettre. De concert, tombe sous le sens qu'y doivent être associées les violences androcides.
http://susaufeminicides.blog.lemonde.fr/2012/01/10/bonjour-tout-le-monde/)

Nota bene - A parfaire le mode d'emploi de ce blog note ethno

Cependant, un bloc notes, un journal ne se lit pas forcément linéairement, vous pouvez grâce au bénéfice numérique, le tourner en tout sens car c'est un texte à clef grand ouvert : Il suffit de rechercher dans le blog note entier par la fenêtre du moteur de recherche intégré en haut à droite le mot qui vous titille et vous aurez tous les calepins qui le mentionnent, ou bien dans un article même par une recherche de votre brouteur, vous pourrez aussi partir en chasse de paragraphes... Pour les néophytes de la multidimensionnalité hypertextuelle, copie d'écran en exemple de recherche intrajournalière :
Ex. : "sacrifice", mot-clef, recherche en billet Maternité à l'encan

Christine Gamita, Ph. D. ethnologie
Docteure en ethnologie, ingénieure d'études informatiques
  • Fondamentaux de cet ethnoblog
Féminicides - http://susaufeminicides.blogspot.fr/2011/11/feminicides-definis.html
Androcides - http://susaufeminicides.blogspot.fr/p/androcides.html
Mais plus encore - http://susaufeminicides.blogspot.fr/2013/08/salon-de-demoiselles.html
Des preuves ? http://susaufeminicides.blogspot.fr/p/cest-de-la-carte-tentative-darticle.html
Des chiffres ? http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/combien.html


Pour citer cette ressource, mentionner votre date de consultation sous la forme (consulté le x … 20…) Auteure : Christine Gamita Droits d'auteur : Creative Commons by-nc-sa 3.0 FRTout usage toile ou papier hors ce cadre sera passible de poursuites - Reproduction autorisée à condition de citer les liens © Copyright- Toute citation de cet article doit être de contexte, précise, avec date de version, blog "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr le lien exact du document Unauthorized use and/or duplication of this material without express and written permission from this blog’s author and/or owner is strictly prohibited. Excerpts and links may be used, provided that full and clear credit is given to "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr with appropriate and specific direction to the original content. However, no link is to be reproduced on slanderous motives and/or miscategorization. Therefore, before any use of network Tools such as scoop-it or pinterest & so, the author’s permission is required.
Il est essentiel lors de toute utilisation de cette production ou partie de cette production de préciser la source : le lien et l’auteure de l’article, ponctuation adéquate encadrant la citation -entre guillemets- et dans son contexte, sans distorsion ni manipulation ( article L122-5, du code de la propriété intellectuelle) . La permission formulée et explicite de l’auteure est également exigée. De la même manière, concepts, termes et approches empruntés à l’auteure du blog doivent être mentionnés comme tels- références adéquates.
En vertu du code de la propriété intellectuelle stipulant à l’article L121-1,‘ L’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible.existe aussi dans les langues suivantes : 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire