jeudi 27 décembre 2012

Nguni, roseaux, mini

 Avant-propos - Définition des féminicides http://susaufeminicides.blogspot.fr/2011/11/feminicides-definis.html
Document de 1931 de la danse des canisses - A visionner sans faute (d'autant que toutes les images modernes semblent censurées) - Réussi à "dégoter" la chasse, dite "danse des roseaux" de 1931 mais avec quelle difficulté ! Un document clair, évident non phallocrite* 
http://www.britishpathe.com/video/pathe-cameramen-are-everywhere/query/dance+swaziland


2013 - Le pagne de perle n'est pas une minijupe. Que cela soit dit. Cela se tient, la jubette* ne va pas aux jeunes vierges (jupe, de l'arabe jubbet, pelisse courte et de dessous) Aux élections, dépôt de candidature éventuel mais sans pantalons mesdemoiselles et mesdames les Siswati -http://www.times.co.sz/news/90100-another-woman-in-pants-stopped-from-nominating.html

Minijupe à l'index ! Remarquez la justesse du propos : l'exhibition de la chair féminine entretiendrait la coutume phallocrate du viol féminicide ?! On connait la rengaine... Dans un pays où le roi donne le bon exemple du droit de cuissage sur toute sujette pubère. Non, les hommes n'y sont pour rien, il ne faut pas les brider les pauvres choux, genoux (ah, je savais bien que la sagesse populaire se nichait parfois très bas), hiboux hou hou hou -polyphonies en prime- 
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2012/12/24/la-mini-jupe-interdite-au-swaziland_1810021_3212.html


Dans cet ordre d'idée, un inspecteur de police Sebastian Ndeitunga dans « The Namibian » : la minijupe n’est pas « une tenue africaine ». Les traditions iront-elles se nicher dans le long pagne à la cheville ?  "
Namibie : vers une interdiction de la minijupe ?
http://fr.news-republic.com/Web/ArticleWeb.aspx?regionid=2&articleid=6915208

Sachez aussi que le souverain des roseaux a édicté l'abstinence couplée à la virginité des Siswaties pour la lutte contre le sida 
"This can be plainly seen in the King’s 2001 plan asking virgins to remain abstinent before marriage", a-t-il fait ses études au Vatican ? http://blogs.law.harvard.edu/dowbrigade/2005/08/29/lucky-13-swazi-virgin-bride/
Jane Avril (?)
via http://artmight.com/Artists/Toulouse-Lautrec-Henri-De/alone-seule-toulouse-lautrec-1896-1600x1200-id-234618p.html
*A propos des danseuses de french cancan http://www.dutempsdescerisesauxfeuillesmortes.net/textes_divers/french_cancan/french_cancan_personnages.htm
Au Swaziland, on peut aussi admirer la plus vieille mine de fer du monde. Mais pas que cela, vous vous en doutez. Les vierges pomponnées à l'encan ne dansent pas le cancan* mais la "reed dance" de l'"Umhlanga". Elles ne seront pas interdites de minijupe, ni de ceintures virginales aux prochaines cérémonies de chasse. Ouf. Les seins, oui, oui, oui - les cuisses, nan, nan, nan- Si l'on passe outre la vétille de l'hymen des amazones, le naturisme guerrier ukrainien à cuissardes serait bien reçu à Ludzidzini, on le dirait presque inspiré des Zulus ou plutôt des Ngunis. 

Ah, les humoristes de service sont toujours là où on ne les attendait pas : Interdire la minijupe à Mbabané !? Parceque, avec les pantalons taille basse, cela facilite le viol féminicide, quelle panacée pour endiguer les viols féminicides et androcides coutumiers. Au pays des bordels de l'Afrique du Sud, c'est à s'étouffer de rire :(( C'est le pompon (au passage, censé protéger la virginité) - Voilà, nous avons enfin découvert la source historique des "pom pom girls" (;o) attention blague) http://www.afrik.com/article3633.html -

Auraient-il lu les déclarations italiennes du curé Untel ? http://www.rtbf.be/info/societe/detail_italie-un-cure-provoque-le-tolle-en-accusant-les-femmes-de-provoquer-par-leur-tenue?id=7898700

Ou bien d'autres encore car, en matière de féminicides, nous avons toute liberté de choix. Il suffit de piocher dans le bac à sable, même les yeux bandés, venant dans la paume paume http://www.lesnouvellesnews.fr/index.php/cafouillage/66-sexisme-ordinaire/2446-feminicide-cure-italien-fait-scandale

Que les temps de Noël sont donc propices aux "nouilleries"- Il est vrai que déjà faire cohabiter Père et nativité, c'est un peu osé... antithétique- Quelle "pasta" ! De plus, on dirait qu'il y aurait, disons, tirage de couverture à soi, non ? Les femmes porteuses de cadeau reléguées aux oubliettes, assignées au fourneau. Papa a le beau rôle http://www.rue89.com/rue69/2012/12/26/revolution-sortons-la-mere-noel-de-ses-fourneaux-238105

Remarquez si je me téléporte en Inde où les violences féminicides constituent un mode de vie... http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/04/agynie-des-mineures-feminicides.html

Un gang viole une étudiante soignée à Singapour qui va devoir être greffée http://fr.euronews.com/nocomment/2012/12/19/manifestations-en-inde-contre-les-violences-faites-aux-femmes/

Et faire retirer les plaintes... déqualifiant, non (un peu comme chez nous, tiens, cachez donc ces viols féminicides que nous ne saurions voir... ) http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2012/12/27/005-inde-viol-suicide.shtml

Piètre consolation offerte, où sont les valeureux dirigeants qui tempêtent comme si ces pratiques tombaient du ciel ? http://www.slate.fr/lien/66601/sonali-mukherjee-attaque-acide-millions-inde

En tout cas, revenons en Afrique australe où il s'agit des mêmes croyances (le Swaziland n'est nullement monothéiste, comme d'ailleurs toute l'Afrique subsaharienne) qui déciment l'Afrique du Sud

"fâcheuse et persistante croyance populaire voudrait que l’on guérisse du sida en couchant avec une femme vierge, certaines craignent, ainsi exposées à la vue de tous, une recrudescence de viols aux soi-disant vertus curatives.". Il est vrai qu'il s'agit de l'annexe. http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/violences-feminicides-androcides-sud.html 
Et je ne vous ai pas dit non plus que de Manzini à Mbabane (qui est aussi dans le guiness des records au palmarès des morts sur autoroute -piétons-), les casinos et les bordels se succèdent, ledit Royaume du Swaziland maison close historique de l'Afrique du Sud. http://www.afrik.com/article4167.html

Et quelle tristesse, les journalistes (qui sont allés à l'école, si je ne m'abuse et connaissent la règle de l'égalité des sexes ?) qui, lorsqu'il s'agit de parler prostitution et servitudes sexuelles, vont jusqu'à écrire glorieusement les termes de "révolution sexuelle" ! C'est affligeant. Et que de tolérance pour les coutumes toutes en faveur des mêmes 


Violences féminicides à vitesse grand "V" - Au Umbuso we Swatini (Royaume du Swaziland), par semaine, treize cas enregistrés (/1 386 914 hab.), dont 80 pour cent de violences féminicides, et sur enfants, en particulier, les filles. http://www.ipsinternational.org/fr/_note.asp?idnews=5162

Et attendez donc d'apprendre que ce pays qui accuse une mortalité moyenne à moins de 50 ans (!) du fait de la prévalence du sida. Après cela, on veut nous imposer la légalisation de la prostitution en Europe pour faire reculer la contamination ? On serait pas à côté de la plaque, des fois ? Les mêmes grands spécialistes qui ont préconisé la circoncision pour ralentir la contagion, préconisent aujourd'hui la légalisation réglementariste de la coutume patriarcale de servitude sexuelle volontaire ou forcée ? Hallucinant. C'est la suruma, qui est fort bonne et costaude en Afrique australe, notamment au Swaziland ; ils en ont abusé lors du voyage d'étude, nos grands fonctionnaires internationaux ? http://www.rtbf.be/info/le-botswana-veut-circoncire-460000-hommes-pour-combattre-le-sida-106174

La part des choses faite, pourtant personne n'a été viré et ces gens vissés à leur siège continuent à faire la pluie et le beau temps et produire des rapports, comme par exemple, comme quoi il ne faut pas non plus criminaliser les malades informés de leur maladie qui ne prenant aucune précaution et n'informant pas leurs partenaires, contaminent, empoisonnent donc délibérément autrui ! Et c'est encore la faute des femmes (de préférence, les prostituées, entre nous soit dit, mais aussi les épouses, qui portent plainte, retournée contre elles fort souvent car les textes de criminalisation se révèlent totalement inadaptés ou non appliqués dans le pays... Voir à ce sujet l'incohérent rapport et ses dix préconisations ONUSIDA de février dernier.
http://www.slate.fr/story/8205/non-la-circoncision-ne-previent-pas-le-sida

Et les chasses aux vierges, interdites, histoire de promouvoir la dignité et le respect des filles, il n'en serait pas question ? Auguste chasse à la sagaie des soixante mille vierges dans les enclos afin d'alimenter les harems des chefs zulus et du chef en chef Mswati, ils l'ont aussi interdite, ces gourdiflots incohérents ? Oh quelle délicate attention de radio france internationale... elles célèbrent leur virginité... http://www.rfi.fr/afrique/20100916-swaziland-milliers-jeunes-filles-celebrent-leur-virginite

Mais qu'est-ce donc que la virginité, chers amis ? Blague à part, Buffon savait déjà que c'était un abus, une idée fausse, une manoeuvre de phallocrate patriarcal :
"Les hommes jaloux des primautés en tout genre, ont toujours fait grand cas de tout ce qu’ils ont cru pouvoir posséder exclusivement et les premiers ; c’est cette espèce de folie qui a fait un être réel de la virginité des filleshttp://www.buffon.cnrs.fr/citations/citation_read.php?id=8
Parenthèse, treize reines en monarchie absolue...  tous cousins de famille royale, grosso modo http://www.afrik.com/article263.html Le susdit, troisième du nom http://www.rfi.fr/afrique/20100816-scandale-alcove-cour-royale-swaziland

Désolée, impossible de vous trouver les photos de la chasse dans les enclos, comme je l'ai vu dans les années 90 - ou les journalistes ne s'y sont jamais risqué, ou ils cachent pudiquement ce spectacle dégradant- Et je vous assure, lorsque je jouais au billard à l'Ikwezi (oiseau), je n'ai bu goutte, ni fumé, avant d'aller voir le royal rituel. Courant comme des bêtes pourchassées sur les prés du village royal : les hommes choisissent les filles en les visant à la sagaie. J'étais si mal à l'aise que je n'ai jamais osé les filmer.

Je vais chercher dans mes archives, et tenter de vous trouver de jolies photos pour agrémenter ce sujet débilitant mais qui montre, oh combien, le féminisme reste le fer de lance du progrès humain ainsi que la chasse... aux féminicides . En attendant, admirez les gamines exhibées pour trouver mari à leur botte. A moins que ce ne soit le contraire ?... http://www.lemonde.fr/afrique/video/2012/09/03/au-swaziland-defile-de-jeunes-femmes-denudees-devant-le-roi_1755018_3212.html

Christine Gamita, Ph. D., ethnologie

  • Annotation du 10 août 2015 : Vérification prénuptiale de l'hymen...


Pour citer cette ressource, mentionner votre date de consultation sous la forme (consulté le x … 20…) Auteur : Christine Gamita Droits d'auteur : Creative Commons by-nc-sa 3.0 FR
Tout usage toile ou papier hors ce cadre sera passible de poursuites - Reproduction autorisée à condition de citer les liens © Copyright- Toute citation de cet article doit être de contexte, précise, avec date de version, blog "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr le lien exact du document & id. en cas d'usage du logotype montage photographique "Eradication des féminicides - Larmes de sang" CGMD © Christine Gamita Tous droits réservés illimités internationalUnauthorized use and/or duplication of this material without express and written permission from this blog’s author and/or owner is strictly prohibited. Excerpts and links may be used, provided that full and clear credit is given to "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr with appropriate and specific direction to the original content. However, no link is to be reproduced on slanderous motives and/or miscategorization. Therefore, before any use of network Tools such as scoop-it or pinterest & so, the author’s permission is required.
Il est essentiel lors de toute utilisation de cette production ou partie de cette production de préciser la source : le lien et l’auteure de l’article, ponctuation adéquate encadrant la citation -entre guillemets- et dans son contexte, sans distorsion ni manipulation ( article L122-5, du code de la propriété intellectuelle) . La permission formulée et explicite de l’auteure est également exigée. De la même manière, concepts, termes et approches empruntés à l’auteure du blog doivent être mentionnés comme tels- références adéquates.

En vertu du code de la propriété intellectuelle stipulant à l’article L121-1,‘ L’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible.existe aussi dans les langues suivantes : 

jeudi 20 décembre 2012

MGF féminicide d'excision à bannir.Archive.NU

Parmi "Les ailes du désir" (eurema-hecabe-itsutsu-hana.jpg)
http://www.photovore.fr/news-la-photo-nature-par-stephane-hette.html
Et pourquoi, n'y aurait-il pas un tribunal pénal international contre tout féminicide ? Et qu'y soient convoqués tous les pays qui bafouent la moitié de leur population pour raison de son sexe ? Tout particulièrement les petites filles - Pour mémoire, l'autre des deux tortures principales infligées aux petites filles, de viol féminicide en récidive http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/02/petites-bonnes-petites-epouses.html

Vélléitaires ? 
Mais bon, les communications ONU sont contradictoires, cela tire à hue et à dia, sur le dos des gosses ? C''est dingue comme se voient désormais les luttes intestines dans cette institution fluctuante, les uns relativistes culturels patriarcaux et les autres genristes queer, le pont ultralibéral qui essaye de grignoter la voix des femmes ! dans tous les cas voudraient nous faire taire ! ils peuvent toujours rêver ! on va secouer la Toile, ils peuvent bien minimiser... une excision féminicide, c'est une de trop - point à la ligne, messieurs - http://sisyphe.org/spip.php?article4448

Les Nations Unies interdisent les mutilations génitales féminines Posted on décembre 20 2012 | Elimination de la violence contre les femmes | News L’Assemblée générale des Nations Unies a adopté aujourd’hui une résolution interdisant la pratique des mutilations génitales féminines. Cette étape importante vers la fin des pratiques et violations dangereuses menaçant gravement la santé des femmes et des filles a été approuvée par les 194 États membres des Nations Unies. Ces derniers ont voté aujourd’hui en faveur de cinq résolutions de l’Assemblée générale relatives à la promotion des droits des femmes, dont une concernant l’intensification des initiatives déployées au niveau mondial en vue d’éliminer les mutilations génitales féminines (MGF)." Et les mutilations sexuelles féminicides collatérales aussi http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/violence-feminicide-au-fer.html

"Intensifier les efforts en vue de l'éradication de la mutilation sexuelle féminine" - "Intensifying global efforts for the elimination of female genital mutilation" adopted by the UN- 20th of December 2013 at 16:50 European time, UN General Assembly in New York - Précisions sur le féminicide aggravé de l'excision génitale http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/excision-feminicide.html

"Reconnaissant que les mutilations génitales féminines constituent un irréparable abus irréversible qui a des répercussions négatives sur les droits fondamentaux des femmes et des jeunes filles, et qui touchent environ 100 à 140 000 000 femmes et des filles à travers le monde, et que, chaque année, l'on peut estimer que plus de trois millions de filles risquent d'être soumises à la pratique dans le monde entier, Réaffirmant que les mutilations génitales féminines sont une pratique nuisible qui constitue une menace sérieuse pour la santé des femmes et des filles, y compris leur santé psychologique, sexuelle et reproductive, qui peut accroître leur vulnérabilité au VIH et peut avoir des conséquences fatales obstétriques, prénatales  pour la mère et le nouveau-né, et que l'abandon de cette pratique néfaste peut être réalisée à la suite d'un effort général qui implique tous les acteurs publics et privés dans la société, y compris les filles et les garçons, les femmes et les hommes » - "Recognizing that female genital mutilations  are an irreparable, irreversible abuse that impacts negatively on the human rights of women and girls, affecting about one hundred to one hundred and forty million women and girls worldwide, and that each year an estimated further  three million girls are at risk of being subjected to the practice throughout the world,  Reaffirming that female genital mutilations are a harmful practice that constitutes a serious threat to the health of women and girls, including their psychological, sexual and reproductive health, which can increase their vulnerability to HIV and may have adverse obstetric  and prenatal outcomes as well as fatal consequences for the mother and the newborn, and that the abandonment of this harmful practice can be achieved as a result of a comprehensive movement that involves all public and private stakeholders in society, including girls and boys, women and men," http://www.unwomen.org/fr/2012/12/united-nations-bans-female-genital-mutilation/


The General Assembly, 
Recalling its resolutions 53/117 of 9 December 1998 and 56/128 of  
19 December 2001, Commission on the Status of Women resolutions 51/2 of  
9 March 2007, 52/2 of 7 March 2008 and 54/7 of 12 March 2010 and all other 
relevant resolutions,  
Reaffirming that the Convention on the Rights of the Child
1 and the Convention on the Elimination of All Forms of Discrimination against Women,
2 together with the Optional Protocols thereto, constitute an important contribution to 
the legal framework for the protection and promotion of the human rights of women  and girls,  
Reaffirming also the Beijing Declaration
3 and Platform for Action,
4 the outcomes of the twenty-third special session of the General Assembly, entitled  “Women 2000: gender equality, development and peace for the twenty-first century”,
5 the Programme of Action of the International Conference on Population 
__________________ 
 * Reissued for technical reasons on 20 November 2012. 
 ** On behalf of the States Members of the United Nations that are members of the Group of 
African States. 
1 United Nations, Treaty Series, vol. 1577, No. 27531. 
2 Ibid., vol. 1249, No. 20378. 
3 Report of the Fourth World Conference on Women, Beijing, 4-15 September 1995 (United 
Nations publication, Sales No. E.96.IV.13), chap. I, resolution 1, annex I. 
4 Ibid., annex II. 
5 General Assembly resolution S-23/2, annex, and resolution S-23/3, annex. and Development


page 2
6 and the Programme of Action of the World Summit for Social Development
7 and their five-, ten- and fifteen-year reviews, as well as the United 
Nations Millennium Declaration
8 and the commitments relevant to women and girls 
made at the 2005 World Summit
9 and reiterated in Assembly resolution 65/1 of 2 September 2010, entitled “Keeping the promise: united to achieve the Millennium Development Goals”, 
Recalling the Protocol to the African Charter on Human and Peoples’ Rights
10 on the Rights of Women in Africa, adopted in Maputo on 11 July 2003, which 
contains, inter alia, undertakings and commitments on ending female genital 
mutilation and marks a significant milestone towards the abandonment and ending 
of female genital mutilation, 
Recalling also the decision of the African Union, adopted in Malabo on 1 July 
2011, to support the adoption of the General Assembly at its sixty-sixth session of a 
resolution banning female genital mutilation,
11 Recalling further the recommendation of the Commission on the Status of 
Women at its fifty-sixth session
12 that the Economic and Social Council recommend 
to the General Assembly the adoption of a decision to consider the issue of ending 
female genital mutilation at its sixty-seventh session under the agenda item entitled 
“Advancement of women”,
13 Recognizing that female genital mutilations  are an irreparable, irreversible 
abuse that impacts negatively on the human rights of women and girls, affecting 
about one hundred to one hundred and forty million women and girls worldwide, 
and that each year an estimated further  three million girls are at risk of being 
subjected to the practice throughout the world,  
Reaffirming that female genital mutilations are a harmful practice that 
constitutes a serious threat to the health of women and girls, including their 
psychological, sexual and reproductive health, which can increase their vulnerability 
to HIV and may have adverse obstetric  and prenatal outcomes as well as fatal 
consequences for the mother and the newborn, and that the abandonment of this 
harmful practice can be achieved as a result of a comprehensive movement that 
involves all public and private stakeholders in society, including girls and boys, 
women and men,  
Concerned about evidence of an increase in the incidence of female genital 
mutilations being carried out by medical personnel in all regions in which they are 
practised,  
__________________ 
6 Report of the International Conference on Population and Development, Cairo, 5-13 September 
1994 (United Nations publication, Sales No. E.95.XIII.18), chap. I, resolution 1, annex. 
7 Report of the World Summit for Social Development, Copenhagen, 6-12 March 1995 (United 
Nations publication, Sales No. E.96.IV.8), chap. I, resolution 1, annex II. 
8 See General Assembly resolution 55/2. 
9 See General Assembly resolution 60/1. 
10 United Nations, Treaty Series, vol. 1520, No. 26363. 
11 See African Union, documents Assembly/AU/12 (XVII) Add.5. 
12 See Official Records of the Economic and Social Council, 2010, Supplement No. 7 (E/2010/27), 
chap. I, sect. A. 
13 See Economic and Social Council decision 2012/248. A/C.3


page 3 
Recognizing that negative discriminatory stereotypical attitudes and 
behaviours have direct implications for the status and treatment of women and girls 
and that such negative stereotypes impede the implementation of legislative and 
normative frameworks that guarantee gender equality and prohibit discrimination on 
the basis of sex,  
Recognizing also that the campaign of the Secretary-General entitled “UNiTE 
to End Violence against Women” and the database on violence against women will 
contribute to addressing the elimination of female genital mutilations, 
Welcoming the efforts of the United Nations system to end female genital 
mutilations, in particular the commitment of ten United Nations agencies announced 
in their joint statement of 27 February 2008,
14 as well as the Joint Programme on 
Female Genital Mutilation/Cutting of the  United Nations Children’s Fund and the 
United Nations Population Fund to accelerate the elimination of the practice,  
Deeply concerned that, despite the increase  in national, regional and 
international efforts and the focus on the abandonment of female genital mutilations, 
the practice continues to exist in all regions of the world,  
Deeply concerned also that a tremendous gap in resources continues to exist 
and that the shortfall in funding has severely limited the scope and pace of 
programmes and activities for the elimination of female genital mutilations,  
Having considered the report of the Secretary-General on ending female 
genital mutilation,
15
 1.  Stresses that the empowerment of women and girls is key to breaking the 
cycle of discrimination and violence and for the promotion and protection of human 
rights, including the right to the highest attainable standard of mental and physical 
health, including sexual and reproductive health, and calls upon States parties to 
fulfil their obligations under the Convention on the Rights of the Child
1 and the Convention on the Elimination of All Forms of Discrimination against Women,
2 as well as their commitments  to implement the Declaration on the Elimination of  Violence against Women,
16 the Programme of Action of the International Conference  on Population and Development,
6 the Beijing Platform for Action
4 and the outcomes of the twenty-third special session of the General Assembly, entitled “Women 2000: gender equality, development and peace for the twenty-first century”,
5 and of the special session of the General Assembly on children;
17
 2.  Calls upon States to enhance awareness-raising and formal, non-formal 
and informal education and training in order to promote the direct engagement of 
girls and boys, women and men and to ensure that all key actors, Government 
officials, including law-enforcement and judicial personnel, immigration officials, 
health-care providers, community and religious leaders, teachers, employers, media 
__________________ 
14 Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights, Joint United Nations 
Programme on HIV/AIDS, United Nations Development Programme, Economic Commission for 
Africa, United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization, United Nations 
Population Fund, Office of the United Nations High Commissioner for Refugees, United 
Nations Children’s Fund, United Nations Development Fund for Women and World Health 
Organization, Eliminating female genital mutilation: an interagency statement, WHO, 2008. 
15  E/CN.6/2012/8. 
16 General Assembly resolution 48/104. 
17 General Assembly resolution S-27/2, annex. 


professionals and those directly working with girls, as well as parents, families and 
communities, work to eliminate attitudes  and harmful practices, in particular all 
forms of female genital mutilations, that negatively affect girls;  
 3.  Also calls upon States to strengthen advocacy and awareness-raising 
programmes, to mobilize girls and boys to take an active part in developing 
preventive and elimination programmes to address harmful practices, especially 
female genital mutilations, and to engage community and religious leaders, 
educational institutions, the media and families and provide increased financial 
support to efforts at all levels to end those practices;  
 4.  Urges States to condemn all harmful practices that affect women and 
girls, in particular female genital mutilations, whether committed within or outside a 
medical institution, and to take all necessary measures, including enacting and 
enforcing legislation to prohibit female  genital mutilations and to protect women 
and girls from this form of violence, and to end impunity;  
 5.  Also urges States to complement punitive measures with awarenessraising and educational activities designed to promote  a process of consensus 
towards the elimination of female genital mutilations, and further urges States to 
protect and support women and girls who have been subjected to female genital 
mutilations and those at risk, including by developing social and psychological 
support services and care, and to take measures to improve their health, including 
sexual and reproductive health, in order to assist women and girls who are subjected 
to the practice;  
 6.  Further urges States to promote gender-sensitive,  empowering 
educational processes by, as appropriate, reviewing and revising school curricula, 
educational materials and teacher-training programmes and elaborating policies and 
programmes of zero tolerance for violence  against girls, including female genital 
mutilations, and to further integrate a comprehensive understanding of the causes 
and consequences of gender-based violence and discrimination against women and 
girls into education and training curricula at all levels;  
 7.  Calls upon States to ensure that national action plans and strategies on 
the elimination of female genital mutilations are comprehensive and 
multidisciplinary in scope and incorporate clear targets and indicators for the 
effective monitoring, impact assessment and coordination of programmes among all 
stakeholders;  
 8.  Urges States to take, within the general framework of integration policies 
and in consultation with affected communities, effective and specific targeted 
measures for refugee women and women migrants and their communities in order to 
protect girls from female genital mutilations, including when the practice occurs 
outside the country of residence;  
 9.  Calls upon States to develop information and awareness-raising 
campaigns and programmes to systematically reach the general public, relevant 
professionals, families and communities, including through the media and featuring 
television and radio discussions, on the elimination of female genital mutilations; 
 10.  Urges States to pursue a comprehensive, culturally sensitive, systematic 
approach that incorporates a social perspective and is based on human rights and 
gender-equality principles in providing  education and training to families, local 

page 5
community leaders and members of all professions relevant to the protection and 
empowerment of women and girls in order to increase awareness of and 
commitment to the elimination of female genital mutilations; 
 11.  Further urges States to ensure the national implementation of 
international and regional commitments and obligations undertaken as States parties 
to various international instruments protecting the full enjoyment of all human 
rights and the fundamental freedoms of women and girls;  
 12.  Calls upon States to develop policies and regulations to ensure the 
effective implementation of national  legislative frameworks on eliminating 
discrimination and violence against women and girls, in particular female genital 
mutilations, and to put in place adequate accountability mechanisms at the national 
and local levels to monitor adherence to and implementation of these legislative 
frameworks;  
 13.  Also calls upon States to develop unified methods and standards for the 
collection of data on all forms of discrimination and violence against girls, 
especially forms that are underdocumented, such as female genital mutilations, and 
to develop additional indicators to effectively measure progress in eliminating the 
practice;  
 14.  Urges States to allocate sufficient resources to the implementation of 
policies and programmes and legislative frameworks aimed at eliminating female 
genital mutilations;  
 15.  Calls upon States to develop, support and implement comprehensive and 
integrated strategies for the prevention of female genital mutilations, including the 
training of social workers, medical personnel, community and religious leaders and 
relevant professionals, and to ensure that they provide competent, supportive 
services and care to women and girls who  are at risk of or who have undergone 
female genital mutilations, and encourage  them to report to the appropriate 
authorities cases in which they believe women or girls are at risk;  
 16.  Also calls upon States to support, as part of a comprehensive approach to 
eliminate female genital mutilations, programmes that engage local community 
practitioners of female genital mutilations in community-based initiatives for the 
abandonment of the practice, including, where relevant, the identification by 
communities of alternative livelihoods for them;  
 17.  Calls upon the international community,  the relevant United Nations 
entities and civil society and international  financial institutions to continue to 
actively support, through the allocation of increased financial resources and 
technical assistance, targeted comprehensive programmes that address the needs and 
priorities of women and girls at risk of or subjected to female genital mutilations; 
 18.  Also calls upon the international community to strongly support, 
including through increased financial support, a second phase of the United Nations 
Population Fund-United Nations Children’s Fund Joint Programme on Female 
Genital Mutilation/Cutting: Accelerating Change, which is currently due to end in 
December 2013, as well as national programmes focused on the elimination of 
female genital mutilations; 
 19.  Stresses that some progress has been made in combating female genital 
mutilations in a number of countries using a common coordinated approach that  


page 6 
promotes positive social change at the community, national, regional and 
international levels, and recalls the goal set out in the United Nations inter-agency 
statement that female genital mutilations be eliminated within a generation, with 
some of the main achievements being obtained by 2015, in line with the Millennium 
Development Goals; 
 20.  Encourages men and boys to take positive  initiatives and to work in 
partnership with women and girls to combat violence and discriminatory practices 
against women and girls, in particular female genital mutilations, through networks, 
peer programmes, information campaigns and training programmes;  
 21.  Calls upon States, the United Nations system, civil society and all 
stakeholders to continue to observe 6 February as the International Day of Zero 
Tolerance for Female Genital Mutilation and to use the day to enhance awarenessraising campaigns and to take concrete actions against female genital mutilations;  
 22.  Requests the Secretary-General to ensure that all relevant organizations 
and bodies for the United Nations system, in particular the United Nations 
Population Fund, the United Nations Children’s Fund, the United Nations Entity for 
Gender Equality and the Empowerment of Women, the World Health Organization, 
the United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization, the United 
Nations Development Programme and the Office of the United Nations High 
Commissioner for Human Rights, individually and collectively, take into account 
the protection and promotion of the rights of women and girls against female genital 
mutilations in their country programmes, as appropriate, and in accordance with 
national priorities, in order to further strengthen their efforts in this regard; 
 23.  Also requests the Secretary-General to submit to the General Assembly, 
at its sixty-ninth session, an in-depth multidisciplinary report on the root causes of 
and contributing factors to the practice of female genital mutilations, its prevalence 
worldwide and its impact on women and girls, including evidence and data, analysis 
of progress made to date and action-oriented recommendations for eliminating this 
practice on the basis of information provided by Member States, relevant actors of 
the United Nations system working on the issue and other relevant stakeholders.
http://www.global-alliance-fgm.org/Portals/0/Documents/resolution%20end%20fgm.pdf








mercredi 12 décembre 2012

Sortologie des féminicides

Avant-propos - Définition des féminicides
A -  http://susaufeminicides.blogspot.fr/2011/11/feminicides-definis.html
Silène et nymphe - Monnaie de l'Ile thrace et Cité grecque de Thasos
Photographie numismatique de Gerhard Haubold (SNG, Thasiennes 6, Kopenhagen), via Wikimedia Commons
 -Ou Le faux consentement-
http://cnumismatiqueliegeois.wordpress.com/2011/10/25/monnaies-de-thasos/
Depuis toujours, le meurtre des femmes émeut, et il y a de quoi mais ce n'est pas suffisant ; de les nommer féminicides n'en fera reculer aucun. C'est tout un processus et bien d'autres féminicides qui dégradent douloureusement les filles, sans les tuer tout à fait.

Les féminicides ne se résument pas à la mort, à des massacres, aux temps de guerre, loin de là. Ils sont surtout ce qui se passe avant, et après en temps de paix... Il faudrait récuser les féminicides alentours au motif du caractère évidemment criminel des massacres de femmes ? Ou autrement dit, il est temps de voir que ce n'est pas de fatalité et que les féminicides ne sont pas des faits divers ; et s'ils peuvent être meurtriers ne sont jamais des homicides. Il se trouve effectivement des meurtres et assassinats féminins qui sont des homicides, lorsqu'ils sont sans conteste crapuleux, mais tellement moins nombreux, presque rares. 


Il faut concéder que si l'on décidait de ne criminaliser que les meurtres d'un peuple de femmes, ce pourrait être "un génocide" sauf que si cela est bien du fait du gène, ce n'est pas pour annihiler un peuple (ce qui est le cas des génocides tels qu'entendus jusqu'ici) et ce n'est pas un peuple, une communauté ou identité menacée, ni une minorité,

- il ne s'agit pas que de meurtres et assassinats, ou de tortures-
- il ne s'agit pas d'un peuple de femmes -ne sont pas une ethnie, une catégorie, une classe
(et encore moins le sexe féminin, les filles et les femmes ne se peuvent réduire à un concept)
- il ne s'agit pas que de femmes mais aussi et surtout de petites filles-
- il ne s'agit pas de faire disparaître la descendance patrilinéaire (genos), ainsi pas de génocide,
- il ne s'agit pas d'une guerre, aucune n'a fait Etat et les déclarations et armes absentes-
- il ne s'agit pas qu'histoire exotique ou de pauvresses, le mécanisme descend de tout le genre humain-
- il ne s'agit pas d'identité menacée, le sexe n'étant qu'une des caractéristiques constitutives,
- il ne s'agit pas d'une communauté menacée.

L'expression de "guerre contre les femmes" reste donc un slogan, et comme tout slogan, et comme tout gant peut être retourné, de même que celle de "culture du viol"... 

Dans l'ensemble, personne ne cherche à se débarrasser de nous tout à fait- Cela reste donc une recherche de restriction, de réduction, de mise aux normes patriarcales, phallocates et viriarques. Ainsi, le premier problème majeur constitué de ce que la plupart des féminicides ne sont pas fait pour tuer, ni pour nous éliminer. Et là, on cache le mot qui dit tout... L'omerta gardée sur le terme et, par contre, point de tabou sur les actes féminicides. Il ne faut pas attendre qu'elle meure d'un féminicide pour admettre le féminicide.

Ex. probant - L'excision féminicide n'est nullement  un génocide. Certaines qui pensent en terme de "génocides des femmes", dans leur peur, en oublient les petites filles, attendant qu'il soit question de meurtres ? Et avant le meurtre, il n'y a toujours pas de mot - Et c'est là que se situent le plus de féminicides, les plus implacables- Invisibles, transparents-

Douleur et souffrance ne donnent aucun droit mais le droit d'en être protégées reste patent. Pas de victimisation, juste des victimes. Là dessus je diffère formellement de la phrase de Gandhi qui prétend que la souffrance montrera les droits dus (il s'agissait alors d'oppresseur impérial britannique... une tactique entre hommes de pouvoir)

La guerre se conçoit et se mène entre camps belligérants, qui ont des armes- Les filles ne sont pas des belligérantes et n'ont pas d'armes- La guerre se fait entre hommes- Pas entre hommes et femmes, il n'y a jamais eu de guerre des sexes- C'est une conception romantique, voire courtoise, histoires de saigneurs- 

De plus, le terme "génocide" porte historiquement un poids si lourd que l'on ne peut ignorer son passé un seul instant qui fait que le terme s'applique, sauf aux femmes, ou femmes incluses en peuple. Donc, si l'on réclamait le terme génocide pour les filles et pour les femmes et qu'on l'obtenait, elles seraient juste noyées avec les autres génocides ? Et elles ne sont pas un peuple, ni une catégorie et surement pas des subdivisions encore une fois.  http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/negationnisme.html

S'accrocher à les inscrire au sein des génocides resterait inefficace, voire contreproductif- A moins que, afin de pousser la logique à son terme, l'on sorte tous les autres génocides d'origine, race, etc. -manifestement fantaisiste sur le gène- du lot- J'augure d'une impossibilité, tellement génocide a été profondément ancré depuis sa création au point que l'on veuille en antidater des massacres de peuples plus anciens- http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/genocides-au-xxeme-siecle.html

Hasardeux, fragile et autodestructeur de camper le drapeau sur le terme génocide au lieu du terme féminicide... Ici on ne joue plus ! Dans un premier temps, les pires à nommer étant ceux dont les "infantes" sont la cible. La forfaiture consiste même parfois à les faire suivre l'un de l'autre, à les empiler... Ce blog en donne tous les relevés ethnographiques http://susaufeminicides.blogspot.fr

Tous les féminicides ont malheureusement l'occasion d'être pédocriminels, donc pédophobes, et c'est la raison majeure et profonde de ma mobilisation cybéractive :

- Les féminicides publics* et les féminicides privés* (non pas qu'ils ne soient pas sus mais se déroulant en habitation) -

Féminicide dactyviolent* ou dactyvioleur* Le terme dernier né, qui vient de m'être inspiré par les étrennes aux allemandes et touristes offertes par des groupes d'hommes jeunes et moins jeunes. cf. dactyviol* en Index 
http://susaufeminicides.blogspot.fr/2013/02/index-illustre-bal-feministe.html

Les "féminicides de petites filles", ou puéril*, donc pédocriminels, omniprésents montrent comment se nourrit et renforce un système. La qualification des féminicides pourrait être le grain de sable, s'il est bien glissé au bon endroit en haut de la pyramide... Sans dilution.
(semi public ? public mais réalisé à la maison généralement)
féminicide excisionnel*, ou excision féminicide exercée dans le but de "calmer", de faciliter l'union (entendu entre familles, lignées dirigées ou par le père -patriarcat- ou par l'oncle -avunculat-), de prévenir les infidélités et de maintenir en statut social inférieur à la future femme mariée, la civiliser qu'elle devienne "fiançable", donc femme épousable par deux ex machina descendu sur terre par l'influx vital divin, proprette, sans contamination de maladie et sans le risque d'un autre père de l'enfant qu'elle va porter de son mari-  http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/excision-feminicide.html 

V
ariante, on lui fait un premier gosse et jeune accouchée, on la mutile, afin qu'elle ne coure pas la prétentaine, ses ailes de nymphes seront rognées comme celles des perroquets- Où l'on voit que l'encyclopédie n'éclaire pas assez loin pour voir le clitoris excisé ? http://fr.wikisource.org/wiki/L%E2%80%99Encyclop%C3%A9die/1re_%C3%A9dition/NYMPHE


féminicide matrimonial*, nuptial* l'union toute destinée à créer une descendance dans des conditions optimales de sécurité et de plaisir, la petite fille n'a pas pu jusque là être contaminée par une maladie vénérienne et libère du doute de la paternité étrangère. Le viol nuptial n'existe pas sur les hommes, ni sur de petits garçons de la part des petites filles, doit-on le rappeler ? Voir les liens solidement noués avec "la nubilité", jusqu'à l'entrave, de l'article 16.1 où l'on y continue à faire croire que faire famille serait un droit pour une petite fille à sa puberté ? http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/02/petites-bonnes-petites-epouses.html


- féminicide conjugal*, intime*, ou de partenaire intime, faisant aussi partie des féminicides domestiques- ça y est, elle est casée, ou mariée ou en couple, mais là rien n'est fini, pour certaines tout commence. Meurtre et assassinat féminicide mais aussi viol conjugal. A savoir que la loi pénale française applique la circonstance aggravante :
"Article 222-24 (...) 11° Lorsqu'il est commis par le conjoint ou le concubin de la victime ou le partenaire lié à la victime par un pacte civil de solidarité" https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000026268256&cidTexte=LEGITEXT000006070719
féminicides génésiques*, qui comprennent les petites filles et les femmes mortes d'être engrossées, succombant aux mauvais soins et maltraitances pendant leur grossesse ou en couches (ladite mortalité maternelle), comme celles à qui est interdite la contraception, et l'avortement médicalisé (IVG) et qui meurent donc des suites des avortements sauvages. http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/homelie-dappel-la-violence-feminicide.html

- féminicide répudiatoire*, elle ne convient plus, elle est malade, elle est répudiée...


Stérilisations
"neuf fois sur dix, c'est la femme qui est stérilisée.http://www.ined.fr/fr/tout_savoir_population/fiches_pedagogiques/naissances_natalite/contraception_monde/
féminicide de confort*, lupanars militaires organisés par le gré (servage sexuel de prostitution) et par la force (esclavage sexuel de traite) - là non plus on ne connait nul cas de masculicide- Pas plus dans les camps de concentration que dans les camps militaires. http://susaufeminicides.blogspot.fr/2009/08/enfants-soldats-soumis.html
http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/02/viols-feminicides-japon-etc-dedommagez.html

féminicide déshonorant* -tout crime du fait de l'honneur masculin, vouloir se retirer de l'affaire, surseoir au viol jour après jour consiste à faire atteinte à l'honneur masculin, patriarcal, marial ; cette atteinte à leur honneur se paye d'un féminicide, à l'acide, à la pierre ou au feu... L'honneur de l'église et des pères, toutes celles qui y ont échappé ou s'éloignaient de la tutelle ou la bravent, notamment sous accusation de sorcellerie étaient définitivement punies. http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/02/feminicides-sans-honneur.html
http://susaufeminicides.blogspot.fr/2005/02/feminicides-dhonnneur-virilarchiveun.html
http://susaufeminicides.blogspot.fr/2003/04/augmentation-des-feminicides.html

féminicide de sexapartheid* -séparer les filles, les empêcher de tout, de se vêtir, d'apprendre, de voir le monde, le ciel, de conduire, de marcher, les protéger d'elles-mêmes, et les protéger de la tribu patrilinéaire voisine qui pourrait bien tenter le rapt, le ravissement, c'est les considérer en mineures éternelles, les inférioriser- Se revendiquer mineure ou complémentaire n'arrange pas la situation en droit- http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/03/devoilez-vous-mesdames-une-fois-pour.html
féminicide incestueux* (réalisé, généralement pédocriminels, parfois sur femmes adultes) et incestuel* (potentiel proxénétisme sur petites filles) - Deux qualificatifs issus du terme inceste, règle matrimoniale ou si vous préférez de mariage de personnes majeures ou émancipées. Sachant que l'inceste reste interdit par l'article 162 du Code Civil LOI n°2013-404 du 17 mai 2013 - art. ) - 
"En ligne collatérale, le mariage est prohibé, entre le frère et la soeur, entre frères et entre sœurs"
féminicides prostitutionnels*- Légions sont tus, selon certains, elles le cherchent bien à traîner dans les bas fonds- toutes dans la même galère qui n'est pas une arche. Nombre de prostituées en font les frais.

- féminicides sorciers* - responsable des désordres du monde, battues et pourchassées jusqu'au bûcher. http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/retour-vers-le-futur-feminicide.html
  • féminicide annihilatoire* ou queeristique*
Des documerciaux toujours plus nombreux de "shemale", ou trans FtoM, francophones tournent en boucle sur des chaînes TNT (pour moi cela reste de l'explosif) car on sait les effets d'exemple télévisuels (les courbes des suicides sont sensibles aux nouvelles qui sont publiées)-

Rêve de garçon manqué de la nubilité mal digérée (?) qui croit devenir et bénéficier de leurs privilèges. Ressassé le désir phallique et le complexe de Diane, mis sur les rails par Sigmund centré sur son nombril comme tous les premiers sexologues partant et s'inspirant de leur propre obsession, que furent Havelock, Hirchfeld, Kinsey et Money (pour les plus rabattus) ?

Mais mutilées que vont-elles devenir ? Quelle méconnaissance profonde du sexe masculin, comme s'il suffisait de supprimer les apparences et mettre une prothèse pour expérimenter les privilèges et jouissances masculines, et quelle négation ultime du sexe féminin... !

En plus que d'araser tous les attributs féminins, qui sont parfois de quelque avantage, elles perdent sur tous les plans et ne changent jamais de sexe malgré ce qui leur est prétendu. Une certaine illusion de changement de genre occidental revenu aux primitivismes religieux de l'illusion théophanique gnostique et adamique... ?  De plus que l'on n'a pas non plus le recul pour connaître les pathologies conséquentes qui adviendront au 3ème âge...

En fait, en collectant les données sur les croyances avec au centre la divinité androgyne ou hermaphrodite, bisexuelle -reprises en modernité par l' anima / animus (resucé jungienne du yin yang ?), ou bien uraniste, ou bien reichienne, tous ces rejetons du pénis central freudien, ou autre 
http://susaufeminicides.blogspot.fr/2014/09/la-fete-papa-s-f.html

S'est imposée à moi la conscience de l'état profondément dégradé de l'estime de soi des femmes. J'y mis longtemps et eu du mal à le concevoir pleinement car le milieu social ouvrier féministe où j'ai grandi n'a jamais obéré en rien ma croissance du poids de stéréotypes sexistes féminicides) Celles-ci se soumettent sans renâcler à une image, un reflet étriqué d'elles jusqu'à se raboter et droguer pour faire comme monsieur -même réduit à des atours, leur sexe même pris pour un sexe masculin qu'il suffirait de débarrasser de ce qui dépasse ; très peu se révoltent d'être restreintes à une poche hormonée au centre de tout un attirail d'artifices dits féminins.

Au contraire, un nombre certain parmi les femmes instruites s'en réjouissent ou s'en trouvent flattées ? 
Le plus stupéfiant reste que des médecins prêtent la main à cristalliser la féminité versus la masculinité sous l'aspect qui leur parait donc recevable, jupes, talons hauts, manucure, mise en plis, permanente, teinture capillaire, bas et collants, résilles et bijoux, ou costards.


Pourtant, ils ont fait assez d'anatomie pour savoir comment est conformé un sexe et qu'il n'a rien à voir de concret avec le genre sexuel, qu'il soit de catégorie historique, sociologique ou psychologique. Ou bien faut-il augmenter leurs cours en la matière ? Ah mais mademoiselle, voyons hormis la psyk, il parait que deux juges ont décidé utilitairement ce qu'était le sexe féminin, dont définition magistrate, et non du tout magistrale, serait qu'un pénis diminué fait clitoris, qu'un scrotum invaginé (soulignons invagination et non pas vagin original), et abnormalité doivent faire règles en place de menstruations ? En effet, juridiquement il s'agit bien des deux décisions de justice américaine et suisse que s'approprient pour demander leur changement de sexe administratif les "ellemâles"* pour marcher dans la combine du transvestissement qui finalement ne profite qu'au sentiment érotique viril.

Tenant à souligner que ceci n'est d'aucun jugement sur les désirs qui poussent certaines à ces extrémités, j'ai gardé pour la fin de la liste typologique des féminicides cette conséquence de la plus récente et extrême logique de système patriarcal.

Ce mécanisme qu'Andrea Dworkin niche dans son cinquième chapitre "gynocide annoncé" (préférant manifestement gynocide à féminicide de masse, et ne pensant qu'en terme de décès ?) sous la métaphore en balance de la ferme et du bordel, réinventait ainsi la mère et la putain. 


Ainsi, le féminicide annihilatoire queeristique* (clairement sacrificiel mais l'animale est gardée vivante) n'est pas pris en compte dans ses écrits ; estimant que doivent être tolérées les transitions par le soutien de l'assurance sociale aux conversions prétendues sexuelles ; restant dans la droite ligne d'une condescendance compassionnelle envers les trans connus plutôt en travestis et transformistes vers les apparences féminines qui étant une des composantes de l'homoérotisme devrait être soutenue ? Il parait qu'une fois débarrassées du capitalisme (entendez patriarcat au sens politique qui n'est pas la définition anthropologique du système patriarcal, notez bien), les hommes n'auraient plus de fantaisies sexuelles, qu'ils ne se prêteraient plus aux travestissements bandants ? Permettez-nous d'en douter plus que catégoriquement car ce ne sont pas toujours que les classes bourgeoises, ou les aristocrates, qui font passer leur sexualité avant tout, y compris avant leur respect des femmes. http://entreleslignesentrelesmots.files.wordpress.com/2013/03/dworkin-femmes-de-droite4.pdf


Devant la campagne en pointe d'une faction transactiviste -faite pour continuer à convaincre des jeunes filles de s'automutiler pour prouver la thèse chère à certains consistant à affirmer que le sexe est une invention politique-, vous ne serez pas surpris d'apprendre que parler de "mutilations génitales féminines" (MGF / Female Genital Mutilation) est accusé de transphobe ! Cela ne vise-t-il qu'à couper la racine et le lien parfaitement visible entre les mutilations génitales féminines consenties par coutume (dites traditionnelles) et celles vendues pour progressistes du transhumanisme ? On voit là la patte de Martin Rothblath (pété de thunes et proprio de labo) qui est présenté dans la presse comme la patronne la mieux payée des stètes, au passage frustrant toutes les statistiques discriminatoires puisque son état a fait droit à son exigence queere (nihilisme et misogynie de la théorie queere désormais n'étant plus à démontrer) de changement de sexe administratif, dans la troupe remarquable, les Jenner, Cox, Kardashian minaudant sur papier glacé et entraînant des générations à se mutiler ? Le sommet de la misogynie, on n'aurait jamais imaginé que cela irait si bas et entrainerait des filles dans ce naufrage. Un des préjugés sexistes étant que les femmes regorgeraient de bon sens...
"There is a campaign going on at Twitter to label FGM as a "transphobic" term. Have they collectively gone mad?' '"Une campagne sur Twitter contre le sigle MGF prétendu terme "transphobique". Sont-ils victimes de folie collective ?" M/traduc' libre) http://elegantgatheringofwhitesnows.com/?p=2069
Finalement, le drame personnel et social restant bien que l'indifférenciation de l'embryon, concernant les fœtus féminins portés par ces jeunes femmes abusées  et du fait de la testostérone ingérée, badigeonnée et infusée, sont mués en hermaphrodites : Une telle irresponsabilité contre les femmes et les petites filles (une forme très subtile de féminicide embryonnaire, déjà bien connu en Asie qui tord le taux de masculinité avec les risques que l'on voit déjà se développer sur le terrain) de la part des médecins, chirurgiens et psychologues complices devraient être condamnée lourdement, d'autant que l'on ne sait rien non plus des conséquences au long des générations sur les membres de l'espèce humaine et de celle-ci en général...

Nous ne parlerons pas du lait sécrété par des seins boobstés à la testostérone... Vous vous étonnez mais voilà vous savez aussi que certaines mettent en suspens leurs piquouzes afin d'allaiter les enfançons nés d'un ventre ellemâle... Quand on sait les levées de bouclier que l'on fait s'agissant de l'ingestion des pesticides hormonotoxiques (provoquant semblerait-il une augmentation notable des cas hermaphrodites chez les familles de paysans de l'agriculture industrielle) et qu'en la matière tout le monde se tait religieusement... parceque c'est histoire de femmes ?
La Sécurité sociale aussi prêtant la main à ces mascarades destructrices, qui va enfin les attaquer parmi les familles et parents proches de ces femmes mutilées grâce à la doxa queeristique ? Et imaginez seulement comment les personnes mises dans cet état vont vivre le troisième âge ? D'ailleurs une fois les hormones arrêtées, si par bonheur elles n'ont pas provoqué de graves pathologies cancéreuses et mortelles, comment ces personnes vivront-elles une fois évanoui l'enthousiasme de se prendre pour des héros mythiques ?


Entretenir dans l'illusion des femmes comme quoi elles deviennent des hommes enceints et que cela leur relève le moral, cela relève des expériences à la Mengele- Sommet du féminicide, le féminicide annihilatoire, s'empoisonner avec un tel toxique, pour faire comme si, se castrer chimiquement, s'amputer les seins qui en effet servent à l'allaitement... Malheureusement cela court dans les media présenté en transhumanisme progressiste. Alors que le transhumanisme augmente les capacités humaines, l'on voit bien ici le contraire en tout de destruction profonde.
.

Nous mettons en garde nous une poignée de féministes contre ces abus depuis trois ans au moins, et rien ne se passe hormis une surenchère de films documentaires qui font de la propagande pour l'idéologie queere ! Cela suffit, à voir les détransitions ou déconversions de plus en plus nombreuses à s'afficher sur la Toile. https://gendertrender.wordpress.com/2012/04/25/ftm-detransitioning-experience-quitting-t-and-getting-back-to-life-as-a-woman/


Il ne s'agit comme d'habitude de fait que de basculer, ou plutôt, compléter entre privé et public...

Et sans oublier que désormais toutes les statistiques à suivre attentivement des injustices contre les filles et les femmes, qui permettraient de surveiller l'état d'application des lois d'égalité des sexes et de protection, sont sensiblement faussées par les inscriptions d'hommes comme femmes, sur leur demande (lorsque cela se fait sans juge et sans aucune autre forme de procès, c'est un grand progrès d'éviter les atteintes chirurgicales à l'intégrité) et ressenti, cela masque la réalité en toutes choses. Delta salarial ou autre défaut de traitement se trouvant minoré, et à l'inverse d'autres se trouvant majoré, comme celui la criminalité féminine biaisée par l'entrée de ces nouveaux chiffres. Imaginez seulement les salaires de Rottblath, Jenner (beau père mère Kardashian), Cox.. http://www.le-blog-de-la-pintade.fr/2014/10/la-femme-la-mieux-payee.html
  • Oikos - Maison - Domus - Les féminicides domestiques* -Ces féminicides peuvent se trouver perpétrés dans le cercle de famille et sous le sceau du mariage. On en a vu plus haut déjà. L'on peut donc douter à juste titre de la protection qu'offrent ces deux institutions patriarcales aux petites filles...
Le maître fait ce qu'il veut en sa demeure- Sa maison reste à sa main et parfois l'on pourrait se demander si cela ne serait pas une tromperie car au fond l'espace fermé de la maison devient piège mais jamais pour le maître, domus, dominus. Le concept sert bien à ce qu'il ne soit plus mise en cause ? Il reste couvert.


En tout cas, l'on pourrait presque croire la survivance vivace de toute la dichotomie de l'actif et du passif à l'antique, Athènes et Rome viriles...
"L'adulte était en théorie toujours actif et transmettait sa semence à l'adolescent qui devait rester passif dans la relation sexuelle." http://www.lambda-education.ch/content/menus/histoire/antiquite.html#2
  • Polis - Cité - L'espace public- Les féminicides publics - Pas plus qu'en intérieur, elles ne sont épargnées à l'extérieur - Au contraire puisque l'oïkos reste la zone de privilège renforcée des patriciens qui l'exercent déjà fort pesamment en polis... Où l'on peut se demander si cette dichotomie privé / public ne montre que catégorisation qui profite aux domini.
féminicide de servage sexuel (de prostitution) 
féminicide d'esclavage sexuel (de traite) http://susaufeminicides.blogspot.fr/2013/11/amicale-proxene-et-feminicides.html

L'expression féminicide d'Etat, déjà utilisé en Amérique latine, récemment apparu celle de féminicide légal, dans le cadre de l'abolition du proxénétisme en France. http://sanscompromisfeministeprogressiste.wordpress.com/tag/feminicide-legal/

Encore plus répandu, celui qui reste transversal et frappe toutes :

féminicide de viol, viol génital, viol nuptial, viol conjugal, où l'on voit sa particularité aggravé en ce qu'il fait risquer à la victime enfant ou adulte une grossesse, un accouchement, puis la charge affective et matérielle de l'éducation de l'enfant. En droit international, le problème subsiste entier et ne se peuvent pas juger les agresseurs, à défaut d'actus reus et de mens rea.. ? http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/viols-etc.html

         "Violamination"* - Il faut remarquer que la guerre bactériologique artisanale (entre tribus viriles) bat son plein depuis que les machiavels guerriers contaminent des populations par des germes divers. Dans ces conditions, comment et pourquoi ONUSIDA et autres institutions cherchent-elles à dépénaliser les contaminateurs, ou empoisonneurs ? D'ailleurs, avant le sida, toutes les chtouilles étaient bonnes à refiler, siphilis et blennos, l'idéal pour miner les morals des troupes, comme des civils. Personne ne marche droit la bite en feu et n'a plus de jugeotte.
*néologisme in André Sarcq est écrivain, poète et auteur dramatique. Le Monde des 13-14 février 2005, sous le titre « Une impunité d’exception » via Femmes Positives http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2011/11/07/2632201_violamination-une-impunite-d-exception-par-andre-sarcq-le-monde.html

En tant de paix, en sortie de guerre, pendant la guerre, en première ligne... http://www.wikistrike.com/article-rdc-les-soldats-armes-qui-sont-porteurs-du-sida-sont-payes-deux-fois-plus-cher-pour-violer-see-119004402.html


On ne peut plus contemporain, omniprésent, innombrable, le féminicide reste acte social et politique de coercition, de remise en place, de punition, de torture, réservé aux êtres humains de sexe féminin. Quel que soit ses goûts érotiques, elle sera en butte à des actes féminicides tout au long de sa vie.

L'on ne peut que remarquer et se féliciter que les avancées du féminisme à mettre en Droit des lois qui concourent à l'égalité des sexes aient considérablement contribué à réduire les formes des féminicides, qui, par exemple, en France avaient pour certains complètement disparu. Les féminicides meurtriers y sont également beaucoup plus réduits en nombre à proportion de la population générale.

  • Typologie récemment augmentée- Après les féminicides immémoriaux de nouvelles formes apparaissent-
Acquis du principe d'égalité des sexes dans la démocratie laïque (française, il n'en existe pas deux au monde) et risques en vue pour les droits des femmes.
Concernant spécifiquement la France et sa législation, il est indubitable que l'arsenal juridique serait bientôt complet pour continuer à endiguer ces abus contre le sexe féminin. 


Mère n'est pas un parent comme les autres. Cependant, la récente négation du terme "mère" remplacé dans le Code civil notamment par "parent" (indifférencié) ne parait pas de bon aloi. Il suffit de solliciter le moteur de recherche de Légifrance, où l'on, voit que ne reste plus que six documents citant le terme qui ne sont que de disposition et d'aucune loi en code (les deux premières sans pertinence, il nous en reste 4 pour parler de l'état de "mère", ce qui est peu car nous en avons toutes une. Bien qu'il soit maintenant d'évidence depuis Simone de Beauvoir que la maternité n'est ni fin, ni moyen pour une femme qui n'a pas à y être assignée ou condamnée, ou pénalisée de la refuser -et entré dans le sens commun, grâce également à bonne loi-, ne pas parler de la maternité ne la fera pas disparaître, pas plus que les mères. 
"Résultats de votre recherche : 6 document(s) trouvé(s) Dispositions législatives et réglementaires ALLOCATION AUX MERES DE FAMILLE - DURE-MERE - EXAMEN MEDICAL DE LA MERE ET DE L'ENFANT - FETE DES MERES - MERE DE FAMILLE - MERE PORTEUSEhttps://www.legifrance.gouv.fr/rechSarde.do?reprise=true&page=1&lettre=
Egalité des sexes n'est pas identité de genre sexuel - Pas plus que l'émergence de la psychologiste et sociologiste, autrement dit idéologique, "identité de genre" (qui s'utilise à l'ONU et l'UE pour rembarrer l'égalité des sexes) fait planer un lourd et potentiel risque sur les droits des femmes à la protection et à bénéficier de zones privées interdites aux hommes du fait de phases de vulnérabilité.  http://susaufeminicides.blogspot.fr/2013/10/feminicide-categorie-genericide.html

De plus, il est à noter que cette conjugaison conceptuelle scientiste tend à permettre et favoriser un effacement sporadique du parcours de vie, transformée en état de poule couveuse pondeuse inséminée dans le cas de la "maternité initiale substituée" -un an de vie envolée pour elle et sa famille, avec conséquences inconnues sur , achetée par une rétribution symbolique (argentée ou sentimentale) par des couples queers mariés. En bout de course, l'on comprend aisément que le droit créance exigé par le désir d'enfant de deux transes -MtoF- ne trouvera terme que par ce moyen dit communément de GPA ; à nouveau, la parole masculine de toute puissance, comme jamais. http://susaufeminicides.blogspot.fr/2015/06/maternite-lencan.html

Leur fréquence et leur gravité ne dépendra que du degré de cristallisation et de phallocratie du patriarcat, ou plus juste disons, de la patriarchie où elle vit. Il ne s'agit pas d'un placard essentialiste, comme d'aucuns le voudraient croire. Celui qui s'y risque, ou est mal renseigné, ou fait oeuvre de négationnisme. En effet, les agresseurs pourvus de conscience et libre arbitre et tant d'autres d'êtres humains en conçoivent parfaitement l'injustice sans même que cela leur soit expliqué. Rien de bestial là dedans. Un système, une structure, une machine, pater, famille, patria, et caetera.

Christine Gamita, Ph. D., ethnologie
Docteure en ethnologie
  • Fondamentaux de cet ethnoblog :
B - Androcides - http://susaufeminicides.blogspot.fr/p/androcides.html
Plus encore : http://susaufeminicides.blogspot.fr/2013/08/salon-de-demoiselles.html
Des preuves ? http://susaufeminicides.blogspot.fr/p/cest-de-la-carte-tentative-darticle.html
Des chiffres ? http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/combien.html
Pour citer cette ressource, mentionner votre date de consultation sous la forme (consulté le x … 20…) Auteure : Christine Gamita Droits d'auteur : Creative Commons by-nc-sa 3.0 FR
Tout usage toile ou papier hors ce cadre sera passible de poursuites - Reproduction autorisée à condition de citer les liens © Copyright- Toute citation de cet article doit être de contexte, précise, avec date de version, blog "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr le lien exact du document Unauthorized use and/or duplication of this material without express and written permission from this blog’s author and/or owner is strictly prohibited. Excerpts and links may be used, provided that full and clear credit is given to "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr with appropriate and specific direction to the original content. However, no link is to be reproduced on slanderous motives and/or miscategorization. Therefore, before any use of network Tools such as scoop-it or pinterest & so, the author’s permission is required.

Il est essentiel lors de toute utilisation de cette production ou partie de cette production de préciser la source : le lien et l’auteure de l’article, ponctuation adéquate encadrant la citation -entre guillemets- et dans son contexte, sans distorsion ni manipulation ( article L122-5, du code de la propriété intellectuelle) . La permission formulée et explicite de l’auteure est également exigée. De la même manière, concepts, termes et approches empruntés à l’auteure du blog doivent être mentionnés comme tels- références adéquates.
En vertu du code de la propriété intellectuelle stipulant à l’article L121-1,‘ L’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible.existe aussi dans les langues suivantes :