dimanche 22 janvier 2017

Absentes Titanides

Revenez sur terre !

"... ce qui fait l’homme [la femme] de science, ce n’est pas la possession de connaissances, d’irréfutables vérités, mais la quête obstinée et audacieusement critique de la vérité" - Karl Popper, La logique de la découverte scientifique, Payot, 1973, p. 287

A tous les emmurés, les démurés, les sans logis, les vagabonds, les sans famille
"Je vœux dormir avec toit", anonyme, 2017

Où donc se cachent nos déesses, les filles de Gaïa, l’Équité, la Loi et la Paix ?
http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/justice/definition/symboles/qui-est-deesse-justice.html
  • Plus de plainte, mais on juge
Un procès doit se tenir dès lors que la plainte existe, et les jurys et jurés agiront de concert aux juges. Toute plainte expirée depuis longtemps, non renouvelée, et refusée explicitement, et même expressément par la victime en la présente affaire. Opposée à plusieurs reprises à plainte nouvelle et approuvant que l'accusé en plainte initiale et définitive ait fui l'illégalité du juge... Qui exige procès à sa place et sur quel fondement légal ? On cherche toujours les réponses.

En Californie en 1977, le premier juge a mis en danger l'accusé et nié les demandes de la plaignante représentée par ses parents, les premières ayant été complètement satisfaites par le prévenu ; c'était nier les droits de l'accusé comme de la défense, de relancer la balle. La victime n'était pas démunie dans la convention puisque soutenue par Steve (?), son père (adoptif) de son métier avocat.

S'étant plié en tout à l'accord demandé par les plaignants et à l'emprisonnement par le Juge, ne s'étant soustrait qu'à une partie de la peine pour des raisons recevables ; le gouvernement français ayant proposé de juger le fugitif réfugié en France, aucune réponse ne lui fût faite. Par deux fois, les avocats ont requis près la justice de l'Etat de Californie, rejetées. La clameur exige extradition et jugement américain quarante ans passés, alors que ne pas extrader ses ressortissants n'a rien d'un jugement de faveur et n'est pas spécifique aux célébrités, aux artistes ou à cette affaire0.

Le juge de la Cour supérieure de Los Angeles*, repoussa toute nouvelle audience qui aurait stoppé les rumeurs infondées mais aurait mis en piètre position le premier à examiner ses dénis de justice de 1977/1978 ! Tous ont nié les demandes de la victime. Il n'y eût donc pas refus de jugement de ses actes par l'accusé mais rejet implicite de la demande du gouvernement français et explicite des requêtes de ses avocats.


Il aurait fallu l'extrader car artiste célèbre, bien que de plainte il n'existât plus et qu'il ait sollicité jugement sans lâcheté ? Selon le Syndicat des Auteurs, l'extradition reste des plus inconcevables du point de vue de la liberté d'expression culturelle,
"Forts de leur extraterritorialité, les festivals de cinéma du monde entier ont toujours permis aux œuvres d'être montrées et de circuler et aux cinéastes de les présenter librement et en toute sécurité, même quand certains États voulaient s'y opposer.L'arrestation de Roman Polanski dans un pays neutre où il circulait et croyait pouvoir circuler librement jusqu’à ce jour, est une atteinte à cette tradition : elle ouvre la porte à des dérives dont nul aujourd'hui ne peut prévoir les effets." http://www.sacd.fr/Tous-les-signataires-de-la-petition-All-signing-parties.1341.0.html
  • Usurpation de la parole ‐ La victime forte et juste que l'on tente de faire taire

  • Replonger constamment l'ex‐victime dans sa peine passée, c'est détruire son équilibre et son droit à l'oubli
    , sa réparation, sa restauration, sa respiration. En cela, on ne peut sans arrêt convoquer publiquement l'ex‐victime dans la presse et maintenant sur la Toile, dont l'on gâche lamentablement la vie, ce qui est fait précisément dans ce cas‐là par celles et ceux qui se prétendent à son chevet... Pourtant, c'est ce que fait toujours le même juge et ses alliés objectifs de par le monde.

    Attendues des excuses à Samantha Galey Geimer, à qui je m'identifie (eh oui), et sa famille, qui payent son refus obstinée de reporter plainte, et devra donc remercier la clique rageuse qui lui aura permis de revivre les délices des cérémonies des Oscars de 2003, du Festival de Cannes, et maintenant des Césars du Cinéma du 25 février 2017...
    "En 2003, quand Polanksi a eu l'Oscar, nous avons dû débrancher le téléphone, raconte Samantha. En 2009, quand il a été arrêté en Suisse, ça a été l'enfer sur terre. Sans cesse on me ramène à ce statut de victime alors que ma vie ne s'est pas arrêtée là." Interview Elle de Samantha Geimer* 
    Soutien réitéré et vigoureux de Samantha Gailey Geimer, personne qui a le sens de la justice. Qui écoute ce que l'ex victime a à dire et de ce qu'elle considère en 2009 comme une vieille affaire qui n'a pas à resurgir ‐ Qui a intérêt à passer outre, toujours les ambitieux et les carriéristes ?
    "Il a fait ce qu'il devait faire... (...) il a eu un juge corrompu...", extrait Samantha Geimer CNN Larry King dans A Film Memoir (2011) de Laurent Bouzereau
    Samantha Geimer dans – Memoir - A 1.25.30 
    En 2008, dans son documentaire "Roman Polanski: Wanted and Desired", Marina Zenovic relève les irrégularités du juge Rittenbaud. 1 h 39 https://www.youtube.com/watch?v=vJWDlG4B8AI
    "Tout homme, même lui, a droit à un procès équitable. Or, le juge Rittenband n'a fait qu'essayer de le coincer parce qu'il est une star d'Hollywood, pour son propre bénéfice politique. Il a décidé de changer la peine alors que nous avions trouvé un accord qui convenait à tous. Dans ces circonstances, je comprends que Roman Polanski ait quitté le pays." source Samantha Geimer, La fille, 2013
    "Ce que Samantha Geimer dénonce dans le livre, c'est d'abord le système judiciaire américain - elle écrit qu'elle préférerait revivre le viol plutôt que son audition par le grand jury
    http://www.purepeople.com/article/samantha-geimer-roman-polanski-et-moi-sommes-lies-a-vie_a130098/1
    L'on peut comprendre que pour ces raisons, le prévenu se soit échappé de cet enfermement annoncé en voyant le tour politique pris par l'inculpation, au point que sa victime l'approuve d'avoir pris la poudre d'escampette... Alors que les accusateurs publics refusent que soient même évoquées les raisons de la fuite ?

    Nota bene - Ne pas confondre car 
    c'est la Justice non pas la foule, qui peut qualifier l'acte à juger,

    - et non pas le témoin et victime,
    - et que, l'appréciation de la plaignante n'est pas non plus équivalent à un aveu du coupable
    - tout comme des excuses de ce dernier ne sont pas qualifiantes. 

    Samantha Geimer, La fille, Plon
    http://www.purepeople.com/article/samantha-geimer-roman-polanski-et-moi-sommes-lies-a-vie_a130098/1
    POINTS SAILLANTS 1977 – 2017
    qui laissent à penser que certains poussent à la détérioration du milieu féministe
    -aff Samantha Galey Geimer c/ Rajmund Roman Thierry Polański et suites-

    Au vu de certaines positions outrées et violentes, bilan d'entrée en rézoo,

    "(...) 19 janvier, 13:58 … 
    Récap' Jugé, condamné, traqué
    - peine probatoire remplie sans protection dans une rude prison droits communs,
    - pas de procès équitable (acharnement procédural du procureur élu républicain et juge),
    - larges dédommagements, aux parents, en 77 ; puis à nouveau en propre en 93, 500 000 dollars,
    - silence à proposition française aux US de procédure, suite au refuge du ressortissant en France,
    - refus d'une requête de requalification, 
    - refus des US d'une requête de jugement par contumace (en absence, pas de refus de jugement),
    - poursuivi en Suisse pour extradition vers les Etats Unis d'Amérique, 
    - 9 semaines de prison et 8 mois à résidence avec bracelet électronique en 2010,
    - opprobre publique depuis lors et avant, financement et montage de films compromis,
    - poursuivi pour extradition vers les EUA en Pologne,
    - 2 demandes de cesser les poursuites par la victime indemnisée deux fois, apportant son soutien,
    - a tout fait pour qu'elle ne soit plus importunée,
    - ayant reconnu sa responsabilité d'adulte en abus de pouvoir sur mineur,
    - prescription de 10 ans bafouée,
    - interdit de voyager librement, interdit de se rendre où il l'entend depuis 40 ans (... )
    Qu'est-il demandé en plus à cet homme de 80 ans passé poursuivi par un procureur puritain depuis 40 ans ? 
    La société des féministes a t elle perdu tout son sens ? 
    A t elle vérifié qui le poursuit ? https://en.wikipedia.org/wiki/Steve_Cooley
    P...a D...e, sarcastique.· 19 janvier, 13:48 · J'entends ici et là, des voix qui s'élèvent contre le fait que Roman Polanski préside la cérémonie des Césars. Je tiens à rappeler respectueusement que ce dernier... a été Blanchi par le FBI dans l'affaire qui le concernait en 1977. (...) Y en a beaucoup qui "prônent" la suspicion d'innocence que quand ça les arrangent. C'est le seul réalisateur Français qui est arrivé à se faire un Nom aux USA, lui on le connait au-delà de nos frontières !Je ne parle pas en tant qu'Homme mais en tant qu'Être Humain. Merci de respecter la décision Finale du FBI. Bonne journée à vous tous !" https://www.facebook.com/AERAFEM/posts/10210127461656473?pnref=story
    Précisément sur la présomption d'innocence :

    - l'accusation a admis sur la demande des plaignants, représentant de la victime mineure, la qualification de "relations sexuelles illégales avec mineures", autrement dit détournement de mineure-

    - l'accusation n'a pas fait la preuve de viol, avec agression, violence ou emprise, et n'en était pas sur la voie à lire l'audition de la victime, voir extraits plus bas,

    - l'accusé n'a jamais admis de viol, au contraire il a toujours nié, ses excuses ne sont d'aucun aveu,

    Charge exacte pesant en l'état sur lesquelles demande d'extradition, jamais accusé de pédérastie/pédocriminalité, au contraire les rapports de probation et psychiatrique pendant son emprisonnement ont conclu à ce qu'il n'était pas un MSDO et que la prison n'était pas conseillée.

    Concernant le délai de prescription déniée
    - Bien évidemment, il a été aisé aux traqueurs de prétendre que la prescription n’est pas un droit fondamental et que la fuite en a suspendu tout délai. Tout aussi facile de reprocher à l'accusé les dédommagements, alors que forcé par la conception même de la Justice américaine à de viles, à notre impression européenne, tractations à deux reprises...


    Toute une vie d'hallali, et instrumentalisée politiquement de Samantha Geimer (depuis ses 13 ans 11 mois et 1 semaine) et Roman Polanski pour faire passer à ce prix, l'imprescriptibilité à tout prix ? Sans discernement, le classer sous l'étiquette "riche" privilégié, en l'assimilant à un agresseur pédocriminel ? Ruiner la réputation d'un homme mis au pilori et pris en otage et sa famille ? http://vivre-au-moyen-age.over-blog.com/article-le-pilori-8…

    Que de hasards et anticipations.... Reprise avec les Oscars 2009, au film historique "Le pianiste" (autobiographique du ghetto polonais pour nombre d'éléments). Ghost writer -secret d'état qui vaut d'être assassiné à au nègre d'un homme politique- freiné à l'occasion de son séjour à un festival à Locarno 2014. 2017, en cours de tournage de deux films, l'un en Pologne en juillet prochain à Cracovie, "D." (
    adaptation du roman de Robert Harris sur l'affaire Alfred Dreyfus) et "D'après une histoire vraie". Déjà dès les premiers repérages à Cracovie pour D., le tribunal a tenté de le livrer aux US...
    1

    Comme quoi, il suffirait d'être un artiste pour se trouver traqué pendant quarante ans, de préférence, talentueux ?
    Ont été rendus personnellement tous les négatifs et l'album de centaines de clichés du projet Vogue Hommes (lolitas moins éthérées) -rencontre 13 février et premières le 20 février- des deux après midi de prises de vue, la première dans les collines, les secondes dans la propriété de Jack Nicholson close par un détournement de la modèle mineure.
    10 mars 1977 -
    2e après midi, chez Nicholson,
    devant le jacuzzi
    10 mars 1977 -2e après midi, chez Nicholson,
    dans le bain bouillonnant du jacuzzi

    Photographe et modèle du projet Vogue Hommes
    - Résumé de la soirée en cause - Deux après midi de prises de vue, et début soirée des 20 février et 10 mars - Je souligne que tous détails scabreux ont été délivrés à plusieurs reprises par l'ex-victime elle-même et que malgré mon peu d'envie de les redire, il n'y a pas moyen de faire autrement pour comprendre la situation exacte d'alors.

    Arrivée à la villa, il lui sert un soda. Puis ayant trouvé du vin de Champagne au frigo, après avoir demandé à la voisine gardant la maison, le photographe remplit trois verres et continue à prendre des vues le verre à la main. Entre temps, ils ont téléphoné à sa mère, qui lui demande si tout va bien et si elle a besoin qu'on vienne la chercher, ce qu'elle a refusé.
     Puis plongée dans le jacuzzi pour d'autres clichés.


    La jeune fille se plaint d'une crise d'asthme dans le bain et il va lui chercher un calmant et lui en tend un demi comprimé, et prend l'autre moitié. Une fois sortie du bain à remous, un cunnilingus lui est infligé sur le canapé d’une chambre. Son opposition se transforme en résignation,
    «… il veut seulement avoir un orgasme, ce truc si cher au monde entier. J’ai pris la décision de le laisser faire, si affreux que ce soit, ce n’est que du sexe. Il ne veut pas me faire du mal. Il veut seulement me baiser. Et ce sera tout. » - « Je me dis simplement quelque chose comme « Hé, mais c’est mes fesses ça ! Ca se fait des choses pareilles ? Puis, c’est fini, enfin, c’est ce que je croyais. A cet instant précis, quelqu’un frappe à la porte de la chambre. – Roman, tu es là ? » - « Puis quand il avait joui entre mes fesses, le sperme qui coulait, la femme frappant… »  
    - « Des prélèvements effectués sur d’autres parties de mon corps –le vagin, l’anus démontraient également la présence de sperme, mais pas de spermatozoïdes »*. Source, Samantha Geimer, La fille : Ma vie dans l’ombre de Roman Polanski, 2009
    *-Selon celle-ci, l'examen médical invoqué n’avait donc pas constaté concernant cet abus sexuel (de très jeune fille mineure pubère -qui a un amant de 17 ans,), de traces de rapports sexuels forcés, malgré deux actes peu banals et violents (dits « coups de boutoir ») sur lesquels portent la plainte ?
    "Samantha Geimer à Larry King le 24 février 2003 : « KING: You were not a virgin? GEIMER: No, I had a boyfriend for quite some months before that" -  
    «… printemps qui précéda la remise des diplômes de 3ème, j’étais bien décidé à me trouver un petit ami… Ron était un des garçons les plus dingues du lycée, fêtard invétéré… » - « Gunson… avez vous déjà eu une relation sexuelle avec Bob… Je répondis deux, ce qui était toujours un mensonge, avec mon copain nous nous étions embrassés et pelotés mais je n’avais eu qu’une seule relation sexuelle… » Source, Samantha Geimer, La fille : Ma vie dans l’ombre de Roman Polanski, 2009 
    "... My sister overheard me talking to my boyfriend — or ex-boyfriend — Steve, so once she overheard, then she immediately told my mother, and then she called the police, and then from there it was just a roller coaster of bad to worse." source itw 
    Abused By Both Polanski And Media, 'The Girl' Moves On http://www.npr.org/books/
    - Audition du 24 mars 1977 - Dires en plainte du père adoptif et de la mère de « Samantha Jane Gailey, témoin devant le Grand Jury du Comté de Los Angeles ». Que lit-on en ce pv d'audition de témoin, élément de preuve ? voir note de fin 2, audition et charges
    "So I told him I wanted to get out of that jacuzzi, that the steam was giving me asthma and I couldn't breathe, and I thought maybe he should take me home - I just made that up. So he said OK, you know,  come out now and grab a towel, run in the house. That's also when he said 'Well here, take this little, this will help you, little piece of a pill,' to relax my asthma attack."  
    "Je pense qu’il a dit quelque chose comme, juste après que jai dit que je ne prenais pas la pilule, juste avant il a dit « Oh, je ne viendrai pas dans toi alors""Lui, il ne m'a pas agressée, il ne voulait pas me faire mal. Mais j'ai dit non."... 
    • Los Angeles Times. le 23 février 2003« Il m’a donné du Champagne et du Quaalude (un puissant sédatif). Et il a abusé de moi. Ce n’était pas du sexe consenti, en aucune façon. J’ai dit non, de manière répétée, mais il ne voulait rien entendre… »
    La victime, a témoigné sans faire accusation d'agression ou d'avoir été forcée à boire, à la drogue. Méthaqualone, décliné en Quaalude et en Mandrax - Selon l’agent de probation, Kenneth F. Faye et son adjoint Irvin Gold, avait été prescrit contre le décalage horaire. Connu en France en coupe faim Mandrax, étant selon les doses sédatif ou euphorisant. Sa particularité mélangée à de l'alcool (de type whisky) étant que les personnes en se réveillant n'ont aucun souvenir. On peut donc en conclure sans beaucoup de fantaisie que la dose d'un demi comprimé avait plutôt effet euphorisant (style popup) ? "dépresseur non barbiturique", utilisée comme l'Ectasy en narcotique récréatif. voir p. 283, Michel Koutouzis, Géopolitique des drogues de synthèse, Ecstasy, Expertise collective, INSERM, 1997 www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/202/expcol_ecstasy_1997.pdf
    • 1988 - 1993 – Nouvelle plainte, cette fois de Samantha Geimer, contre un documentaire auquel ce dernier n'a nullement participé
    Issue rendant impossible toute plainte en diffamation de sa part de l'interdiction de se référer à 77 en quoi que ce soit. Bâillonné. Auparavant, celui-ci a tout fait pour ne plus nuire à sa vie, après avoir montré et posté courriel d'excuses du regret d'avoir sous estimé qu'elle soit mineure. En 2009 indique qu'il n'avait pas alors réalisé la gravité d'avoir des relations sexuelles avec la modèle mineure.
    "En 1993, elle obtient 500.000 dollars de dommages et intérêts. Polanski a interdiction d'évoquer les événements de 1977. Samantha, elle, s'engage à "l'aider dans la mesure du possible à résoudre ses problèmes légaux avec les Etats-Unis", à "ne pas exploiter commercialement cette histoire"."Samantha Geimer au sujet de cette négociation : "Je n'étais pas assez riche pour poursuivre en diffamation tous les tabloïds qui racontaient des horreurs sur moi. Et oui, avec trois enfants à charge, j'avais besoin de cet argent", dit-elle sans ambages"

    Ayant grandi sensiblement à la même époque que celle-ci, à 13/14 ans y ayant vécu une adolescence similaire par certains aspects mouvementés, il m'est impossible d'ignorer la taille de l'homme accusé, à peine plus grand que Samantha, et qui est diffamé en récidive depuis des décennies en bafouant tous les principes de Justice.

    Il me semble bien que ce soit règle stricte d'éviter de traiter son employeur de harceleur lorsque le juge en a dit autrement : Quand est dit, dire autrement, continuer à accuser porte atteinte à la réputation et considération. Au point que le syndicat auquel j'ai participé en formation s'est vu appelé en 14ème Chambre du Tribunal Correctionnel de Nanterre, au côté d'informaticiens qui en dépit de relaxe se lâchaient sur nos forums. Certains firent, de plus, l'objet de poursuites pour abus d'action en justice. 

    Seule charge retenue à ce jour "relations illégales avec mineure",
    soit détournement de mineure ; néanmoins, tous sachant que depuis 1977, en présence de 
    "graves erreurs de procédure au moment des faits qui remontent à 1977".
    Détournement de mineure admis devenant imprescriptible selon le jugement de certaines qui ont sorti le goudron et les plumes pour l'auteur de 83 ans, pesant plus que l'absence d'équité de déni de justice de 77 ?

    En liberté sous caution, il acceptait cependant 90 jours d'internement à Chino, Californie, prison de droit commun, qu'il a quitté au bout d'un mois et demi. En tant que célébrité, il y était largement plus menacé que ses codétenus, et, car malgré de bonnes expertises, la justice californienne pour raisons d'image et de politique allait tenter de requalifier en reprenant toutes les charges2 en dépit de l'accord et de la volonté réitérée des Galey de cesser l'incrimination, il s'enfuit pour se réfugier à Paris3Cinquante ans risqués à Chino, ce n'est certes pas la chaise, mais tout retour en ces lieux, c'était de toute façon le couteau... Il aurait fallu être fou, ou lâche, pour ne pas prendre la tangente.

    . Passer au dessus de tous rapports de prison de la peine probatoire, et mis à la poubelle la demande des plaignantes, et les rapports favorables ?
    Après la peine à Chino4, les rapports, dont des deux psychiatres concluaient à l'absence de pathologie sexuelle ou pédocriminelle et qu'il ne serait pas bénéfique d'infliger une peine de prison supplémentaire : L' un d'eux préconisant une thérapie pour état dépressif du fait des évènements de 69. L'agent de probation et son adjoint également remettent un rapport positif sur le comportement du prévenu.

    Acte isolé, dit acte accidentel - Il me faut revenir sur l'expression d'"acte accidentel" car des vocifératrices se sont empressées à m'injurier de l'utiliser ; établi qu'il s'agit d'un acte unique et qu'il ne s'agit pas d'un "Mentally Sexual Disorder Offender", la tournure technique "acte accidentel" est employée à partir des rapports de quatre professionnels. 


    Le doute profitant à l'accusé & le principe des circonstances restant un pilier du Droit. Pourtant ceci aussi est dénié ?

    L'on peut également se souvenir et comprendre cette fuite, de ce que c'est un homme qui a été un "emmuré" du ghetto, orphelin vagabond en ville et en campagne, à compter de 39 et plusieurs années durant en Pologne nazifiée
    5. ne pouvait en aucun cas accepter l'inéquité du traitement et le risque mortel à s'y soumettre. Avoir survécu à tant d'horreur et se livrer à des codétenus, qui aurait mis fin à des dizaines d'années d'éventuelle condamnation. Qui se soumettrait à ces juges élus, clientélistes et enquêteurs jugeant en place du jury ? Personne d'entre vous qui me lisez ici, j'en suis certaine.
    • Le seul intérêt des victimes qui nous importe
    Ainsi faire passer un abus sexuel sur jeune fille mineure pubère (qui a un autre amant) pour un viol féminicide10 brutal sur enfant, mineure impubère, nuit à la gradation et du crime et de la peine, aux victimes donc en tout cas et surtout.
    Toutes ces confusions empêchent l'établissement de la vérité et de la justice, les dégrade, désespère la victime, qui va s'empêcher de porter plainte. Les masculinistes ne peuvent que se réjouir de ce doute distillé dans l'opinion publique et confusion entre les qualifications et se frottent les mimines de la confusion qui les arrange toujours.

    Il est bien triste pour toutes que soit prêté à confusion entre harcèlements, attouchements, agressions, viols. Bien évidemment, ce sont celles qui ne l’ont pas subi qui ne distinguent pas la différence, comme celle qui doit se faire de la brutalité, de la violence et l’humiliation. L’indifférence à la souffrance et l’intention de nuire ou de faire souffrir et d'humilier restent déterminants dans l’appréhension de la qualification à appliquer à un acte sexuel dit non consenti. Tout ne se vaut pas.

    Le terme pédocriminel n'est pas un terme à galvauder, quant à confondre avec inceste, que dire ? Ceux qui ne veulent pas faire la différence entre l'âge "niais" de 8 ans, le cercle familial, qui n'ont rien de commun avec l'affaire d'une jeune fille délurée de 13/14 ans, font du mal aux premières, comme aux secondes, à voir "Les stars qui se mobilisent" sur "La pièce de théâtre "Les Chatouilles" d'Andra Bescond est un pari audacieux, puisqu'il traite du sujet avec humour. La pièce met en scène Odette, petite fille de 8 ans, violée par Gilbert, un ami de la famille." 

    Et celles qui mènent le branle, féministes bourgeoises qui se payent des têtes sans discernement et par préjugé, détruisent la fonction des qualifications en l'utilisant à tort et à travers. détruisant tout le château de cartes patiemment élaboré par des générations de féministes et les lois arrachées. En plus d'être diffamatoire, cela fragilise et salit tout le milieu féministe et les femmes qui ne mangent pas de ce pain-là. Ces gazouillis confusionnistes devraient même être poursuivis et leurs auteures confrontées à leurs responsabilités définitivement.

    Caroline de Haas, fondatrice de Osez le féminisme, candidate collectif parti des femmes
    http://www.aufeminin.com/news-loisirs/cesar-2017-roman-polanski-president-l-appel-au-boycott-est-lance-s2119567.html


    "Féministe intersectionnelle" citée idem
    http://www.aufeminin.com/news-loisirs/cesar-2017-roman-polanski-president-l-appel-au-boycott-est-lance-s2119567.html
    Toute cette continuation à ressortir l'affaire sans cesse amplifie ce dont se plaignait la victime :
    "Je suis devenue victime des actions du District Attorney" 11
    Malgré tout cela, ce sera en 2008 que Marcia Clark refait le procès dans la presse à charge, au moyen de mini extraits12 ainsi qu'en 2009, un blog français de collectif fondamentaliste, La question13 Que cherchent réellement tous ces militants intégristes ? Cette curée se fait en présence de curieux alliés...
    Bandeau du blog La Question – Son A propos"La Question » est un collectif, ou plus exactement une « société spirituelle » constituée autour d’un projet religieux,  vouée à la défense de la Tradition et des vérités de la sainte religion chrétienne – ne cachant pas ses sympathies pour l’œuvre de Mgr Lefebvre (1905-1991) et de l’abbé Georges de Nantes (1924-2010) – société établit selon le modèle des confréries de Pénitents [ou de la Compagnie du Saint-Sacrement , dont l’objet est de se consacrer, non à la charité et à l’assistance des prisonniers ou des mourants, mais à la critique théorique de la désorientation des mœurs, la dénonciation des doctrines impies, la stigmatisation rigoureuse de l’erreur, tout en oeuvrant à la propagation de la Foi et au rayonnement de l’Evangile, dans le rappel constant de la doctrine catholique et l’absolue conformité aux enseignements de l’Eglise"
    De qui se font les alliées objectives, ces SJW (social justice warior) aussi bigotes que les Tricoteuses coincées avec leurs aiguilles à la Chambre (on se rappelle de leur mauvais traitement fait à Théroigne ?), qui, dès lors d'une infraction, d'un délit ou d'un crime, ne vous en laisseront jamais lavée, en justicières populacières aux indignations sélectives à bon compte ?

    .Qui trient les témoignages de celles qui ne plient pas et ne cadrent pas avec leur chevauchée - Et qui, si celles-là ne rentrant pas dans la case de gré ou de force, sont laissées sur le carreau, dédaignées, affublées d'épithètes fleurissant, ilote (imbécile), incapable couronnée, soumise et collabo des masculinistes et du patriarcat, couronnée du "syndrome de Stockholm" ? 


    • Le droit à l'oubli existe pour l'accusé comme pour la victime, une ministre le préconise, l'autre prétend avaliser à nouveau le manège ? Que de perfidie et de double discours à toujours contenter la chèvre et le chou... Voir note de fin 9 de déclaration ministérielle
    Vous allez rire de ce que leurs alliés n'hésitent pas à me traiter de sexiste misandre d'oser supposer que les jurés contre les violeurs, comme cela se voit en jury d'Assises se révèlent plus royalistes que le roi, le font de crainte d'être pris pour laxistes ou complices ?
    Samantha GeimerLawrence Silver and Judith NewmanLa fille -Une vie dans l'ombre de Roman Polanski- 2014 - pages de couvertur - A droite, source
    http://www.npr.org/2013/09/22/224125474/abused-by-both-polanski-and-media-the-girl-moves-on 
    A voir les couvertures diverses, l'on peut aussi s'interroger sur comment les éditeurs jouent des photographies de 1977 de la jeune fille de 13/14 ans (dont Marie Claire fait une femme) au moment de son roman autobiographique "vivant entre Hawaï et le Nevada", sortie du bouquin aux EUA, puis en France le 17 septembre 2013. 
    http://www.marieclaire.fr/,la-victime-de-viol-de-polanski-sort-ses-memoires,696867.asp

    Mais aussi, comment l'appréhension de la réalité se modifie de 77 à l'écriture de l'opus, fin des années 2000, sous les pressions sociales de trente ans.
    " ...dès le début, elle a refusé le rôle de victime que l’accusation, puis les médias souhaitaient lui voir endosser, et s’est étonnée que des personnes bien intentionnées regrettent qu’elle n’ait pas plus de stigmates à exhiber. Encore maintenant, elle dénonce « le marché de la victimisation » qui transforme « les crimes en divertissement», et nourrit financièrement de multiples intermédiaires, « alors même qu’une fois essorée, les âmes compatissantes se débarrassent de vous ».
    Autre fil conducteur : la revendication d’une indifférence sans mélange à l’égard de son agresseur, tout en lui étant absolument solidaire, ensemble dans un même bateau, sans jamais se rencontrer depuis. Lorsqu’en 2003 Polanski est nominé pour l’oscar du meilleur réalisateur, elle se retrouve de nouveau sous pression médiatique. Pour y mettre fin, elle écrit au Los Angeles Times «Le talent de Roman Polanski n’a rien à voir avec moi et avec ce qu’il a pu me faire.» Et elle exhorte les jurés à voter sans autre considération que la qualité des films. En 2009, quand le cinéaste est arrêté en Suisse, la maison de Samantha est à nouveau encerclée.

    Samantha Geimer ne nie pas le viol. Mais elle dit qu’il lui a fallu des années pour mettre ce mot sur cette aventure pénible. Et que les interrogatoires policiers, psychiatriques, et le déchaînement médiatique qui ont suivi l’ont beaucoup plus endommagée. «L’année d’avant, une amie avait été violée par un homme qui s’est fait passer pour un policier et a tenté de nous embarquer toutes les deux dans sa voiture. J’ai refusé, elle a accepté. Je m’en suis voulu de ne pas l’avoir retenue, alors que j’avais eu la présence d’esprit de désobéir. A son retour, on m’a demandé de me taire.» La première agression, évitée pour elle, l’a-t-elle poussée à se mettre en danger ? Elle reste persuadée qu’elle aurait pu s’opposer au cinéaste, en dépit du sédatif et du champagne ingurgités, et qu’il n’a jamais voulu lui faire du mal. Elle se reprend : «Bien sûr, il était l’adulte et j’étais la fille. Il n’empêche… Je ne saurai jamais quelle est ma part de responsabilité.»

    C’est donc l’histoire d’une gamine qui, dans les années 70, se rêve en Brooke Shields, en Tatum O’Neal ou en Jodie Foster. Une époque où Hollywood regorge de petites filles stars, et où l’on parle de «libérer la sexualité des enfants», même si c’est en général à l’usage des adultes. Sa mère, qui s’intéresse beaucoup à sa propre beauté, est actrice dans des publicités en attendant mieux. Le compagnon de sa mère, un avocat, a adopté Samantha quand elle était toute petite. Quand sa mère apprend que Polanski cherche des jeunes filles pour une série dans Vogue, elle ne dit pas non et la fille est contente. «J’étais très garçon manqué, mais j’avais envie de réussir ces photos.»


    En 2009, Samantha Geimer reçoit un mail qui sera également prétendu faussement d'aveux contre lui

    Chère Samantha, J’aimerais que vous sachiez à quel point je suis désolé d’avoir tant bouleversé votre existence. En vous voyant dans le film, j’ai été impressionné par votre honnêteté et votre intelligence.» Et en substance : «Je suis seul responsable. Votre mère n’y est pour rien. » Sa première réaction est de hausser les épaules. Puis d’être éperdument reconnaissante quand elle voit l’effet de ces quelques lignes sur sa mère. Le cahier photos du récit reprend les clichés pris par Polanski en 1977. Samantha Geimer les a demandées directement à leur auteur. A Paris, elle se sent intrusive. « C’est un vieux monsieur qui a une femme, des enfants, une existence reconstruite. Pourquoi devrait-il être condamné à vie pour avoir manqué d’empathie à mon égard ? » Désormais, peut-être, leurs chemins peuvent diverger. »" http://next.liberation.fr/livres/2013/11/25/samantha-geimer-son-roman_961909

    Déjà auparavant, des journalistes avaient évoqué la responsabilité parentale et l'on voit là que celui-ci au travers de leur correspondance tente de la tranquilliser sur ce point. Et, en effet, la question reste en suspens, comment un chef de famille doublement responsable d'avoir pris un engagement de père adoptif n'avait pas plus de regard sur les allées venues et prises de vue d'une fillette. De même l'on reste perplexe devant les comptes qui ne sont ni demandés, ni rendus par les parents des multiples modèles mineurs dans d'autres affaires graves et durables.
    • Ecouter l'ex-victime serait la moindre des choses, le minimal respect mais aussi, n'entend-on pas l'accusé avant de le juger habituellement ?
    "C’est vrai : il y a 33 ans j’ai plaidé coupable, j’ai exécuté une peine à la prison de droits communs de Chino, pas dans une prison de VIP, qui devait couvrir la totalité de ma condamnation. A ma sortie de prison le juge a changé d’avis et a prétendu que le temps passé à Chino n’était pas l’exécution intégrale de ma condamnation et c’est ce revirement qui a justifié mon départ des États-Unis. Cette affaire a été sortie de sa torpeur de trente ans par une cinéaste qui a voulu faire un documentaire et qui a recueilli les témoignages des personnes concernées à l’époque sans que je ne participe ni de près ni de loin à ce travail. Ce documentaire a mis en lumière le fait que j’avais quitté les États-Unis parce que je n’avais pas été traité équitablement ; et il a, aussi, déclenché la vindicte des autorités judiciaires de Los Angeles qui se sont senties attaquées et ont décidé de demander mon extradition à la Suisse où je me rends régulièrement depuis plus de trente ans, sans jamais avoir été inquiété. http://laregledujeu.org/2010/05/02/1395/je-ne-peux-plus-me-taire/

    De plus en plus, hormis les excuses à Samantha Geimer, il apparaît urgent que des excuses officielles soient présentées tant au cinéaste qu'à l'homme Roman Polanski. Voire que la Justice française s'empare des diffamations et dénigrements contre sa personne, voire auprès de l'ex-victime qui, grâce au vent soufflé par la Ministre de la famille a vu gonfler la campagne et polémique en 2017. 
    • 2009 - 2014 Pétitions contre tentatives d'extradition suisse et polonaise
    Maquillage - Un peu de perspicacité, que diable. Les deux films qu'on tente d'empêcher restent des films éminemment critiques et politiques, Ghost writer -polar"secrets d'état", qui assassine le nègre ?- et D. -antisémitisme catholique romain 14/18 favorisé par 39 et l'hitlérisme à suivre). Alors inventer qu'aucun rapport avec son art, c'est se fiche de la binette des femmes et des féministes de prétendre que l !

    Brutus et la censure ne sont pas loin. Allez les César, un peu de courage sur scène, il serait temps, nom d'un petit pneu, que choses soient dites.

    Lors d'une explication de musique au cinéma Les Fauvettes, où le grand compositeur, Alexandre Desplat, expliquant les difficultés de créer la bande originale de l'oeuvre, le réalisateur enfermé dans son chalet des mois durant sans pouvoir se déplacer aux studios et à Paris pour travailler, m'avait impressionné de voir l'entrave manifeste. https://www.mapado.com/paris-75013/a-desplat-ghost-writer

    Soutiens notables de comédiennes féministes au moment de ces deux mois de prison puis bracelet électronique plus d'un an en résidence surveillée dans son chalet et une gêne notable à la création pour montage, composition musicale et post production de Ghost Writer.
     http://laregledujeu.org/2009/11/10/479/signez-la-petition-pour-roman-polanski/

    A remarquer une tentative d'extradition de Pologne par les catholiques conservateurs (c'est peu dire) polonais, au moment de tourner Dreyfus ! Tous ceux et celles qui prennent défense de la dénégation du prévenu et condamné pour « relations sexuelles illégales avec mineure », de donner le contexte notable seront laminés, alors qu'elle a elle même indiqué avoir des relations sexuelles avec son petit ami de 17 ans ?
    "...qui a déclaré sur sur France-Inter le 9 octobre que la victime «n'était pas une fillette, une petite fille, une enfant au moment des faits, c'était une adolescente qui posait nue pour Vogue hommes
    Certains libéraux sociaux appellent de leurs vœux que s'appliquent en France la loi et les manières à la ELLE HEY Joe ?  
    "Chère Clémentine [Vagne] comme ces premières lignes vous l'ont sans doute déjà laissé entrevoir, je ne la signerai pas. Parce que, comme vous l'écrivez vous-même, Roman Polanski n'est à ce jour pas condamné, qu'aucun tribunal, aucun jury n'a validé l'enquête bâclée et à charge de la police californienne, et de son très douteux procureur. Polanski a reconnu le détournement de mineure, qui n'a d'ailleurs rien de glorieux. Il a toujours nié et continue de nier l'avoir violée.  Vous me rétorquerez que si Polanski n'avait pas pris la fuite, il aurait été jugé. Certes. Mais, étant donné le climat dans lequel, à l'époque, se serait déroulé ce procès, on comprend qu'il ait hésité à s'y rendre comme le mouton à l'abattoir. Reprenez le dossier, mettez-vous à sa place, vous comprendrez peut-être »  « Parce que, contrairement à ce que vous écrivez, si Polanski a échappé à la justice, ce n'est pas à cause de son talent, ni du soutien de ses pairs, ni de l'aveuglement machiste des "petites coteries du cinéma et de la cinéphilie quant aux droits des femmes". S'il a échappé à la justice, c'est parce qu'il... s'est échappé -et je le répète, il avait quelques bonnes raisons de se méfier de la cabale menée contre lui par les conservateurs américains, la justice californienne et ses policiers peu scrupuleux. Je dirais même plus: le talent de Polanski, le vent de liberté qui le portait, dans sa vie comme dans ses propos ou dans son cinéma, ses relations, sa fortune, sa nationalité et, paradoxalement, la mort de Sharon Tate ont joué contre lui. Une addition de circonstances aggravantes -et pas atténuantes comme vous le prétendez à tort. En 1977, Polanski gênait. Hollywood, l'Amérique des Trump et des "fake news" d'alors, les pisse-froid, les médiocres, les aigris." Article édité et mis en une par la rédaction emettout, Féministes contre Polanski, vous vous trompez de combat, publié le 19/01/2017 à 15:36 http://www.lexpress.fr/culture/cinema/les-feministes-contre-polanski-vous-vous-trompez-de-combat_1870706.html
    • Récupérer criminels et délinquants par le travail, oubliez !
    C'est mal vu, surtout s'ils ont le culot de réussir dans leur métier, cela ne leur sera pas pardonné quarante ans durant. En fait, y'a que la cellule (cachot ou capiton au choix) que les sjw privilégient manifestement, que la taule pour les redresser les asociaux, et à vie encore ? -et rupture d'égalité parce que cela ne marche que pour autrui par pour leurs propres méfaits auto absouts- Ah que de délice aux fassinades qui prétendent comparer dsk, producteur de vent, et polanski.. Ses petites troupes toutes fiérotes d'avoir cru bouger les César atteindre le saint grass, et s'en vont se pâmer devant le paon en pleine fascinerie.

    Les pétitionnaires qui s'émeuvent et refusent la présence de Polanski dans son métier, alors que porteur d'innombrables prix concernant le cinéma, partout osent parler
    au nom des victimes de viol  en quel honneur ? En mon nom, au nom de Samantha ?! Sans mandat, comme cela, au jugé ? Et, du moment, que l'on refuse d'être en rôle de victime jusqu'à la mort, l'on n'est plus respectables, et l'on passe outre notre parole ?

    Pourtant, par son film Tess14 (incarnée par Nastassya Kinski, ci-dessous), dont le scenario choisi par Sharon Tate, ce réalisateur montre toute sa préoccupation des viols féminicides, toute l'impunité sociale, toute la détresse de la jeune femme, et toute l'empathie qui leur est due ! 
    A gauche - Emmanuelle Seignier et son mari -ensemble depuis années 80 http://www.spiegel.de/international/world/director-roman-polanski-discusses-the-great-calamities-of-his-life-a-932931.html

    A droite son actrice dans Tess et ex Nastassya Kinski
    http://www.premiere.fr/Star/Nastassja-Kinski
    A gauche, Barbara Lass - 1959, divorce en 1962- https://en.wikipedia.org/wiki/Barbara_Kwiatkowska-Lass
    Crédit photo http://www.listal.com/barbara-lass/pictures
    Féministe, légaliste et républicaine, amoureuse de justice, c'est ce qui me fait refuser tout confusionnisme. Que soit de suite écarté le vocabulaire mielleux d'excuse, de pardon et de l'absolution, cela n'a aucune place dans mes billets.
    L'honneur perdu des Titanides
    Accuser publiquement de viol pédocriminel6, comme la pétitionnaire le fait et ses quelques soixante mille signataires abusés, reste tout simplement une diffamation manifeste au vu du Droit, bafoués les principes fondamentaux de la justice que toutes les citoyennes exigent lorsque mises en examen,
    - prescription (en l'occurrence californienne -10 ans-, française et polonaise)7,
    - droit à l'oubli (du de la dette à la société et à la victime payées),
    - présomption d'innocence (SWJ juge en place et lieu du système judiciaire),
    - principe des circonstances atténuantes8
    - examen du contexte de vie
    - juste examen biographique,
    - en gros, tous droits de la défense mis à la poubelle par une faction idéologique identitaire ?
    - se faire écho allié d'un proc à la trump -corrompu, selon les propres termes de l'ex victime-,
    - puis de blogs et partis tradichrétiens polonais et suisses !?9 


    Diffamation, injures publiques et dénigrement de propager la rumeur indue de violeur pédocriminel ad vitam aeternam... Irrespect de la partie civile mise au plancher ? Au nom de qui s'expriment les SJW, au nom des victimes, des ex-victimes, au nom de Samantha, ou de moi-même ?

    Ne me comptez pas parmi vous. Je ne marche pas dans la combine. Je rends mon tablier*. Signé Thémis.
      Illustration Birds "Commentaire de l'auteur "Le TABLIER D'UN PONT est une structure porteuse qui supporte les charges de circulation et les transmet aux appuis ou aux éléments de suspension (suspentes ou arcs).....Quand un pont s'écroule, peut-on dire alors qu'il a "rendu son tablier" ?Blue Parrot il y a 3 années"
    0 Jean-Marc Thouvenin, Le principe de non extradition des nationaux http://www.academia.edu/4809493/LE_PRINCIPE_DE_NON_EXTRADITION_DES_NATIONAUX
    1 Pour celles qui ne connaîtraient pas le contexte de l'affaire Dreyfus, à lire sans faute. http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20060712.OBS4922/j-accuse-par-emile-zola.html

    2 Témoignage original complet de la victime traduit en français http://www.haoui.com/newsletter/2009/Octobre13/exclusif/index.html
    Original anglais http://www.thesmokinggun.com/archive/polanskib14.html

    Charges premières et charges retenues avec accord des plaignants :

    - "...crimes de Fourniture de drogue à mineur, Actes obscènes ou lascifs sur Enfant de moins de 14 ans, Relation sexuelle illégale, Viol sous drogue, Perversion, et sodomie, toutes "félonies"..." / "...you are charged in Information A-334139 with the crimes of Furnishing Drugs to a Minor, Lewd or Lascivious Acts upon a Child under 14 year of Age, Unlawful Sexual Intercourse, Rape by Use of Drugs, Perversion, and Sodomy, all felonies* committed on or about March 10th, 1977."

    - "...Rapports sexuels illégaux..." / Gunson asked: “Mr. Polanski, to Count III of indictment number A-334139, which charges you with the commission of Unlawful Sexual Intercourse on March 10th, 1977, a felony, how do you plead?” Polanski: “Guilty.

    « On September 19, 1977, court again convened. The psychiatrists both reported that Polanski was not an MDSO [mentally desordered sex offender] and no one argued to the contrary. So the judge agreed that he would not have to be registered as a sex offender, and they moved on to the sentencing. » 

    3 C'est le 1er février 1978 que le gouvernement fait savoir qu'il accepte de le poursuivre en France mais pas de l'extrader ; le gouvernement américain ne donnera aucune suite.

    4 La prison de Chino, CIM opened in 1941 and "was the first major minimum security institution built and operated in the United Stateshttps://en.wikipedia.org/wiki/California_Institution_for_Men

    5 « Le 1er décembre 1939, les juifs reçoivent l'ordre de porter l'étoile jaune. La famille est réinstallée de force dans le « quartier juif » de Cracovie. Le jeune Romek se verra "emmuré.", source

    "La demi-soeur de Roman Polanski survivra miraculeusement à Auschwitz. Sa mère, en revanche, fut assassinée dans les chambres à gaz en 1941. ...Elle était enceinte de quatre mois. … De la rue Komorowski, à la rue Kekawka dans le ghetto, il survivra en secret dans les montagnes polonaises et reviendra à Cracovie après la guerre" source Exposition photographique Roman Polanski, une enfance, Médiathèque de Pauillac (Gironde), réalisée par Alexandre Tylski, octobre 2005 http://www.roman-polanski.net/expo1.htm

    -Rappelé ainsi que le titi parisien du 12e -né en 33, le 18 août- n'y est pas né avec cuiller d'argent dans la bouche et qu'il a surtout mangé de la vache enragée grosse partie de sa vie, enfant durant la guerre au ghetto, survivant de la Shoah. Ce qui n'excuse rien mais généralement pour les circonstances atténuantes, c'est à qui fera intervenir l'environnement, le déterminisme social et les handicaps de classe. Seul dans son cas, il n'en serait pas non plus tenu compte... ?

    6 Diffamation de viol pédocriminel - La pédérastie (Eros, éraste, éromène, amour sexuel en grec ancien, terme étymologiquement biaisé de l'impropre « pédophilie » instauré par les militants de la cause sexualités périphériques des années 70 et par less media) se caractérise par la récidive et l'emprise. Comme tout un chacun le sait facilement, rien de tel en 50 ans, et voir note 2, pas de "désordre mental sexuel".

    7 « la loi californienne prévoit une prescription de 10 ans pour des faits de la nature de ceux reprochés à Roman Polanski (Code pénal de Californie, section 801.1) http://www.maitre-eolas.fr/post/2009/09/29/Quelques-mots-sur-l-affaire-Polanski

    8 8 août 1969 - Son film de dénonciation de rituels tordus, Rosemary's baby sera suivi de l'assassinat sauvage par Charles Manson et sa secte satanique new age de sa jeune femme enceinte et d'amis proches. Steve Parent, 18 ans, ami du gardien, tué à bout portant. Voytek Frykowski, 32 ans, ami d'enfance de Polanski, Jay Sebring, 26 ans, coiffeur, Abigail Folger, 26 ans, héritière, Sharon Tate, enceinte de 8 mois et demi, son épouse.

    « La curée médiatique commence alors pour Polanski. De la marijuana et divers cachets ont été retrouvés à son domicile. Frykowski est décrit comme un fournisseur de drogue et la police pense à un règlement de compte sur fonds de stupéfiants. Des rumeurs d'orgies, de sorcellerie, de pornographie circulent. Dans un édito intitulé " pourquoi Sharon Tate devait mourir", le chroniqueur Peter Hyams écrit que le couple a attiré la tragédie sur sa tête à cause de son existence excentrique et dissolue. Désespéré, le père de Sharon Tate se déguise en vieux hippie et fréquente les lieux de marginaux en espérant obtenir des infos. Polanski offre une récompense de 25.000 dollars pour tout renseignement. » « Les médias sont tous ralliés à la culpabilité des hippies sataniques et oublient le torrent de boue déversé sur les victimes et Roman Polanski. «  http://www.greffiernoir.com/la-famille-de-charles-manson-le-meurtre-de-sharon-tate-1



    11 "I have become a victim of the actions of the District Attorney."

    12 Marcia Clark, the former L.A. district attorney who prosecuted the O.J. Simpson murder case, has since served a regular legal television commentator. She has written a bestselling book, Without a Doubt, served as a columnist for Justice Magazine and is finishing her debut crime novel.

    13 Voir le bandeau du blog catholique intégriste La question

    Exemples incomparables à l'affaire de 77, des vies entières de Balthus et Hamilton, qui avec accords parentaux "se sont servis" http://susaufeminicides.blogspot.fr/2014/05/opus-enterre.html

    14 « Il rendra hommage à cette campagne vitale dans ses films Quand les Anges Tombent (1959) et Tess (1979) ». Sa première femme rencontrée vers 1952 joue dans le premier. https://pt.wikipedia.org/wiki/Gdy_spadaj%C4%85_anio%C5%82y

    15 Sachez bien d'où viennent et par qui sont soutenues ces campagnes de prétendue cause féministe -Antilaïques qui montent le milieu féministe et les femmes contre la protection des musulmanes démocrates et apostates, fondatrices des Indivisibles, collaborant au Parti des Indigènes de la République, colloquant avec des Ramadan -lmsi, syllepse soliloquantes; précédemment insultant les féministes qui militent contre le voilisme et des lois de protection de collégiennes adolescentes musulmanes du jiljab et anti burka- Féminisme intersectionnel, prétendu inclusif, nettement identitaire. Où l'on comprend que la République n'est pas la tasse de thé de ces aréopages*.

    *Lecture conseillée, L'exigence républicaine http://susaufeminicides.blogspot.fr/2017/01/lexigence-republicaine.html

    Pages de base de cet ethnoblog contre les féminicides #feminicides

    En vertu du code de la propriété intellectuelle stipulant à l’article L121-1,‘ L’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible. Pour citer cette ressource, mentionner votre date de consultation sous la forme (consulté le x … 20…) Auteur : Christine Gamita Droits d'auteur : Creative Commons by-nc-sa 3.0 FR

    Tout usage toile ou papier hors ce cadre sera passible de poursuites - Reproduction autorisée à condition de citer les liens © Copyright- Toute citation de cet article doit être de contexte, précise, avec date de version, blog "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr le lien exact du document & id. en cas d'usage du logotype montage photographique "Eradication des féminicides - Larmes de sang" CGMD © Christine Gamita Tous droits réservés illimités internationalUnauthorized use and/or duplication of this material without express and written permission from this blog’s author and/or owner is strictly prohibited. Excerpts and links may be used, provided that full and clear credit is given to "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr with appropriate and specific direction to the original content. However, no link is to be reproduced on slanderous motives and/or miscategorization. Therefore, before any use of network Tools such as scoop-it or pinterest & so, the author’s permission is required.
    Il est essentiel lors de toute utilisation de cette production ou partie de cette production de préciser la source : le lien et l’auteure de l’article, ponctuation adéquate encadrant la citation -entre guillemets- et dans son contexte, sans distorsion ni manipulation (article L122-5, du code de la propriété intellectuelle) . La permission formulée et explicite de l’auteure est également exigée. De la même manière, concepts, termes et approches empruntés à l’auteure du blog doivent être mentionnés comme tels- références adéquates.
    Castellano Castellano(España) Català Dansk Deutsch English Esperanto français Galego hrvatski Indonesia Italiano Lietuvių Magyar Melayu Nederlands Norsk polski Português Português (BR) Suomeksi svenska Türkçeíslenska česky Ελληνικά русский українська العربية 日本語 華語 (台灣) 한국어

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire