dimanche 9 juillet 2017

Slaves

De l'anglais "slave", en français se traduit par "esclave". "Slavery", de slavus, venu de sclavus en latin qui supplanta le terme servus, l'homme possédé par la main d'un maître. 1

Vous avez peut-être déjà lu les calepins de ce blog évoquant les femmes proscrites par alias, les femmes politiques féministes, les femmes remarquables en sciences. 2

Allons visiter la galerie des esclaves, sans figure, sans visage, sans droit, sans âge : Elles, qui se sont adaptées comme elles le purent, sans plus de choix. Toutes ne furent ni épouses, ni concubines, ni favorites, majeure partie restant souillons et souffre douleurs du maître et alentours, comme on le voit largement lorsque l'on va se promener dans les arrière cours de l'esclavage domestique. 3 



Haratines (exonyme à connotation péjorative) prises au piège du système d'esclavage au point de longue date, dont le clergé informel mauritanien s'accommode ; si ce n'était le cas, celui-ci aurait disparu, comme il l'a fait en Europe dès lors qu'une institution religieuse daigne prêter son concours et se plier à la loi démocratique,
"La première fois que j'ai été violée par le maître, je ne portais pas encore le voile, j'avais 12 ans peut-être." M'Barka mint Essatim, 26 ans, issue d'une famille "privée de liberté depuis des générations", elle-même arrachée à sa mère à l'âge de 5 ans, est l'une des nombreuses esclaves mauritaniennes à avoir été libérée par Biram Dah Abeid." 4
L'on distingue assez bien sur cette carte ces fillettes esclaves de lit et de table, peu évoquées. Et dont la République islamique de Mauritanie malheureusement d'exemple mieux connu du grand public. 
Walk Free Global Slavery Index 2014. (Rick Noack/ The Washington Post) 5
Contemporains ou antiques, l'on imagine bien que celles de basse et petite conditions ont laissé de faibles traces, et peu de portraits charmeurs... Ne restent que quelques unes des célébrités malgré elles, de leur captivité chez des puissants. Les esclaves condamnées, selon la famille qui les achetait et les circonstances de leur achat, à intriguer toujours plus pour se protéger ainsi que leurs enfants... Une sur des centaines de milliers parvenait à des destinées dépeintes avec romantisme mais qui n'enlèvent rien aux déchirures du rapt.
- Alexandra Lisowska, la Ruthène, devenue la sultane Hürrem, Roxelane - ... - 15 avril 1558
Alexandra Lisowska 6
" Elle aurait été capturée par des Tatars lors d'un de leurs raids et est emmenée comme esclave, probablement d'abord à Kaffa, en Crimée, puis à Constantinople." 7
Notes de fin -
  1. http://gerardgreco.free.fr/IMG/pdf/Gaffiot_2016_-_komarov.pdf
  2. http://susaufeminicides.blogspot.fr/2013/12/proscrites-par-alias.html
    http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/10/femmes-politiques-feministes.html
    http://susaufeminicides.blogspot.fr/2014/06/etincelantes.html
  3. http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/02/petites-bonnes-petites-epouses-petites.html
  4. http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20141214.OBS7863/pour-les-maitres-violer-les-esclaves-est-un-droit.html
  5. https://www.washingtonpost.com/news/worldviews/wp/2014/11/18/map-the-worlds-36-million-slaves/?utm_term=.0fa042417243
  6. http://www.dubretzelausimit.com/article-17798715.html
  7. https://fr.wikipedia.org/wiki/Roxelane
Christine Gamita, Ph. D. Ethnologie
Doctorat en ethnologie, spécialisation en rites des mondes contemporains, ex-ingénieure informatique en management de la qualité des études et services des systèmes d'information et systèmes informatiques

.....

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire